La mairesse de Montréal a affirmé qu’il lui revenait d’établir les priorités de son administration, lundi, en réaction à la frustration qui gronde au sein de son comité exécutif.

Philippe Teisceira-Lessard Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

La Presse a révélé lundi matin que certains lieutenants de Valérie Plante étaient mécontents de voir leurs projets devoir constamment céder le pas aux priorités mises de l’avant par le cabinet de la mairesse. Des employés politiques leur feraient comprendre que leurs dossiers ne concordent pas avec l’« alignement stratégique », expression utilisée pour désigner ces priorités.

Rosannie Filato, qui a démissionné comme responsable de la sécurité publique la semaine dernière, faisait partie de ces élus désenchantés.

Lundi matin, en conférence de presse, la mairesse a souligné qu’elle comprenait la frustration de certains élus, mais que son rôle consistait à avoir une vue d’ensemble de la situation.

« Je peux comprendre que certains élus, peut-être, dans leur carré de sable, leur terrain de jeu, leur mandat, se sentent brusqués, a-t-elle dit. C’est normal, c’est leur dossier, c’est leur bébé. »

« Je considère que c’est mon rôle comme leader, comme mairesse, de dire qu’il faut prendre le contexte actuel d’une pandémie et trouver une solution aux urgences », a ajouté Mme Plante. « Ma plus grande préoccupation, c’est de m’adapter au contexte des Montréalais(e)s qui vivent une pandémie. […] Il y a des Montréalais qui, en ce moment, n’arrivent pas à se nourrir, n’arrivent pas à se loger ! »

Valérie Plante a aussi rejeté les récriminations quant à la place que prend son personnel politique dans le processus décisionnel. « Le cabinet politique appuie le comité exécutif et la mairesse pour faire avancer les dossiers », a-t-elle dit.

« Implosion à Projet Montréal »

Mme Filato, avocate de 33 ans, a annoncé son départ la semaine dernière après un an et demi comme responsable de la police et du service incendie. Elle retourne dans son arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension jusqu’à son retrait prévu de la politique municipale, en novembre 2021.

Dans le cadre de sa propre conférence de presse, le chef de l’opposition à l’hôtel de ville s’est emparé de ce dossier pour critiquer la mairesse.

« On constate une implosion à Projet Montréal. Vous savez, quand il y a une personne qui quitte, on peut dire que c’est une situation aléatoire », a dit Lionel Perez, avant de faire la liste des élus de la formation politique « C’est clair qu’il y a un problème. L’administration Plante et son “politburo” ne savent pas comment gérer leur monde. »

M. Perez a affirmé qu’il s’attendait à voir d’autres membres de l’équipe de la mairesse quitter le navire.