Jamais deux sans trois. Montréal inscrit pour la troisième fois l'entreprise Ventec sur sa liste des entrepreneurs au rendement insatisfaisant, car celle-ci refuse depuis deux ans d'apporter des correctifs réclamés par le Plateau-Mont-Royal.

Mis à jour le 28 janv. 2019
PIERRE-ANDRÉ NORMANDIN LA PRESSE

L'arrondissement de Luc Ferrandez se dit insatisfait du travail fait en 2016 par l'entreprise de construction qu'il avait mandatée pour refaire les trottoirs à six intersections. Plus de deux ans après la fin du chantier, Ventec n'a toujours pas procédé aux correctifs requis.

Dans une évaluation de son rendement, l'arrondissement relève de nombreux problèmes de sécurité sur le chantier, de communication et de respect des délais. «La gestion des sous-traitants a été déficiente, de nombreuses problématiques au niveau des permis et de la signalisation ont été relevées et malgré de nombreuses rencontres et avis de redressement, aucune amélioration n'a été observée», écrit la Ville.

Dans son évaluation, le Plateau souligne que l'entreprise a provoqué cinq bris durant son chantier, notamment en accrochant une conduite de gaz. Le surveillant de chantier de la Ville a aussi souvent constaté que les travailleurs ne portaient pas leur casque et leur dossard de sécurité.

Bien que les travaux soient jugés de qualité, le Plateau considère que le chantier n'a jamais été conclu puisque des déficiences ont été notées sans jamais être corrigées. L'arrondissement veut imposer une pénalité de retard de 105 jours, pour un total de 80 000 $. Montréal a officiellement résilié le contrat en octobre, en considérant que l'entrepreneur ne l'a pas honoré.

L'entreprise n'a pas répondu au rapport de rendement insatisfaisant.

deux autres chantiers problématiques

Ce n'est pas la première fois que l'entrepreneur est inscrit à la liste grise, en vertu de laquelle la Ville peut refuser de lui accorder un contrat pour une période de deux ans. Ventec y avait été ajoutée pour deux autres chantiers de trottoirs qui avaient été problématiques. Le premier avait eu lieu dans Verdun et l'autre, dans Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce.

Cette inscription sur la liste grise en avril n'avait toutefois pas empêché l'entreprise de décrocher un contrat de 1,5 million le mois suivant pour le réaménagement du secteur du chalet au parc du Mont-Royal.

Débat à venir

Ce dossier donnera certainement des munitions à l'opposition, qui réclame un renforcement de la liste grise. Ensemble Montréal a présenté une motion qui sera débattue à la prochaine séance du conseil municipal, aujourd'hui et demain, afin de rendre cette liste plus stricte.

Le parti souligne qu'une dizaine de contrats ont été attribués en 2018 à des entreprises inscrites sur la liste grise, dont Ventec justement. Question de rendre cette sanction plus sévère, l'opposition propose que les firmes inscrites soient tenues d'embaucher un surveillant de chantier indépendant et que le prix de leurs soumissions aux appels d'offres soit réduit de 5%.