Jugé dangereux, le controversé « demi-trottoir » de la rue De Brébeuf sera reconstruit. L'administration Plante accepte de refaire la bande de ciment aménagée en 2015 sous Denis Coderre, ce qui fera disparaître une partie du stationnement que l'ex-maire avait voulu préserver.

Mis à jour le 16 sept. 2018
Pierre-André Normandin LA PRESSE

« C'est vraiment une bonne nouvelle. Ça envoie le message que les questions d'accessibilité et de sécurité doivent avoir préséance », se réjouit Laurent Morissette, qui avait porté plainte à l'ombudsman.

L'homme, qui se déplace en fauteuil roulant, avait été ulcéré en décembre 2015 de découvrir que le trottoir longeant le parc Laurier avait été amputé de moitié. Alors que l'ancien trottoir faisait 1,6 m de largeur, le nouveau ne fait plus que 70 cm. Trop peu pour lui permettre de circuler.

Convenant que le trottoir est « étroit et peu convivial », l'administration Plante a décidé d'élargir le trottoir. Les travaux devraient être réalisés en 2019, le temps de finir les plans et devis et d'aller en appel d'offres.

« Le nouveau concept comprendra un trottoir d'une largeur de 1,8 mètre, tout en protégeant le parc ainsi que les arbres présents. » - Audrey Gauthier, porte-parole de Montréal

« De plus, la piste cyclable sera maintenue à une largeur de trois mètres. Afin de réaliser le nouvel aménagement, des espaces de stationnement devront être retirés », précise Audrey Gauthier, porte-parole de Montréal.

Ces travaux auront lieu en même temps que la réfection de l'asphalte des rues De Brébeuf et Saint-Grégoire, afin de limiter l'impact sur les résidants du secteur.

NAISSANCE TROUBLE

Le feuilleton du demi-trottoir de la rue De Brébeuf a vu le jour en 2015 quand Montréal a décidé d'améliorer la sécurité de la piste cyclable de la rue De Brébeuf. L'ajout d'une bordure de béton pour protéger les cyclistes des voitures empiétait toutefois sur la largeur de la rue, ce qui forçait le retrait des cases de stationnement sur l'un des deux côtés. Pour éviter un tel scénario, l'administration Coderre avait demandé une révision des plans et décidé de plutôt empiéter sur le trottoir longeant le parc Laurier.

L'enquête de l'ombudsman menée à la suite de la plainte de Laurent Morissette a toutefois souligné plusieurs problèmes. D'abord, la largeur de l'aménagement est en deçà du minimum prescrit pour un trottoir (1,5 m) et au-delà d'une simple bordure (20 cm). Son rapport prend d'ailleurs soin de ne pas qualifier la structure de « trottoir », et évoque plutôt une « bande de ciment ».

Sa largeur ne pose pas simplement un problème esthétique, mais avant tout pratique. « L'aménagement réalisé n'est clairement pas universellement accessible », souligne l'ombudsman, dans une lettre récemment envoyée à Laurent Morissette. Or, Me Johanne Savard souligne que le trottoir mène à la piscine Sir-Wilfrid-Laurier, qui a justement été aménagée pour être accessible aux personnes à mobilité réduite.

L'enquête de l'ombudsman estime aussi que la bande est potentiellement dangereuse. En se rendant sur place à plusieurs reprises, elle a constaté que de nombreuses personnes, souvent des parents avec des poussettes, empruntent celle-ci. « Ces piétons se trouvent très près des cyclistes qui circulent souvent à une bonne vitesse. Cette situation nous inquiète du point de vue de la sécurité », écrit Me Savard.

RÉOUVERTURE DU DOSSIER

L'ancienne administration Coderre a refusé de revenir sur le demi-trottoir, mais après son élection, l'administration Plante a accepté de rouvrir le dossier. Après avoir étudié la question, la Ville a finalement accepté cet été d'apporter des correctifs. « Le trottoir qui avait été substantiellement réduit sera élargi, du côté de la piste cyclable et de la rue », indique ainsi l'ombudsman dans sa lettre à Laurent Morissette.

Les travaux devraient être réalisés en 2019, le temps de finir les plans et devis et de procéder à l'appel d'offres. Bien que ceux-ci ne soient pas prêts, il appert que le stationnement devra être retiré de l'un des côtés de la rue De Brébeuf.

Laurent Morissette salue cette décision, car il estime que Montréal créait un dangereux précédent en rognant la largeur des trottoirs. Il dit avoir vu plusieurs aménagements « précaires » ailleurs en ville depuis.

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

Laurent Morissette, qui se déplace en fauteuil roulant, avait été ulcéré en décembre 2015 de découvrir que le trottoir longeant le parc Laurier avait été amputé de moitié et avait porté plainte à l'ombudsman.