Les boules multicolores dans le Village resteront suspendues en 2019. La mairesse Valérie Plante et l'architecte du projet, Claude Cormier, se sont entendus pour laisser l'installation « phare » une année de plus, le temps de planifier une meilleure transition.

Mis à jour le 15 juin 2018
FANNY LÉVESQUE LA PRESSE

Un peu plus tôt cette semaine, M. Cormier avait fait savoir qu'il souhaitait mettre fin l'an prochain au projet des boules multicolores surplombant le Village depuis maintenant huit ans, pour « laisser la place à la relève ». Valérie Plante et l'arrondissement de Ville-Marie s'étaient dits déçus et étonnés d'apprendre l'éventuel départ de l'installation.

« La mairesse de Montréal et Claude Cormier se sont rencontrés vendredi pour parler de la situation des boules multicolores, qui font la signature du Village gai de Montréal », a indiqué en fin de journée vendredi le cabinet de la mairesse Plante.

« Ensemble, ils ont convenu d'ajouter une édition 2019 au concept actuel, le temps de préparer un projet phare qui sera porté par la relève et qui donnera une nouvelle image au Village gai. »

Selon le cabinet de Mme Plante, l'architecte Claude Cormier a par ailleurs été touché « par la vague d'amour des Montréalais et Montréalaises » soulevée depuis l'annonce de son intention de mettre fin au projet.

Ville-Marie a investi 260 000 $ dans le projet depuis sa création en 2008. Les boules ont aussi bénéficié du financement de la SDC du Village, qui regroupe les 300 commerçants du secteur, et la Brasserie Labatt.

À l'origine, les boules roses - devenues multicolores depuis 2017 - ne devaient rester dans le ciel du Village que le temps d'un été. Mais devant leur popularité, celles-ci ont toutefois perduré dans le temps.

Revisité depuis 2017, le projet rassemble 180 000 boules de 18 couleurs au-dessus de la rue Sainte-Catherine dans le Village, rappelant l'étendard de la communauté gaie. Ce projet a été créé dans le cadre de la manifestation artistique AiresLibres qui est organisée dans le secteur depuis 2008.

- Avec Pierre-André Normandin, La Presse