(Corner Brook) La ministre fédérale des Pêches et des Océans affirme que davantage de recherches sont nécessaires sur l’impact de la population de phoques sur les stocks de poissons de la côte Est.

Publié le 12 mai
La Presse Canadienne

Une partie de cette recherche comprendra un sommet sur la population de phoques du pays à Saint-Jean, Terre-Neuve-et-Labrador, cet automne, a déclaré Joyce Murray, réagissant au rapport récemment publié par l’équipe de travail scientifique sur les phoques de l’Atlantique, qui a été commandée par le ministère des Pêches en 2020.

Le rapport indique que le nombre élevé de phoques gris et de phoques du Groenland « sont à des niveaux historiques ou s’en approchent » et ont « un impact sérieux sur l’écosystème océanique du Canada atlantique ».

« L’étendue de ces répercussions ne peut être déterminée avec l’information limitée détenue par le Secteur des sciences du MPO (ministère des Pêches et Océans). »

Le rapport précise que la population de phoques gris au Canada atlantique est passée d’environ 15 000 dans les années 1960 à 424 300 bêtes en 2016, ce qui représente la plus grande concentration de phoques gris au monde. La population de phoques du Groenland de la région est passée d’environ deux millions d’animaux dans les années 1970 à environ 7,6 millions en 2019, et il s’agit de la plus grande population de phoques du Groenland de l’Atlantique Nord-Ouest depuis que les données sont enregistrées.

Selon le rapport, les stocks de poissons de fond du Canada atlantique « sont à leur niveau le plus bas jamais observé ou presque et ne se rétablissent que très peu en raison des niveaux très élevés de mortalité naturelle inexpliquée qui a été attribuée aux phoques dans certaines régions, mais pas dans d’autres ».

La pêche commerciale des poissons à nageoires « n’a jamais été aussi limitée, en raison de la faible productivité des stocks résultant, en partie, de taux élevés de mortalité naturelle inexpliquée », ajoute-t-on.

Glenn Blackwood, coprésident du rapport, a déclaré que le taux de mortalité de nombreux stocks de poissons est élevé, ajoutant que l’industrie de la pêche de la région et le ministère des Pêches doivent savoir quel rôle jouent les phoques dans l’écosystème océanique.

« Des travaux supplémentaires doivent être effectués sur l’alimentation des phoques du Groenland et des phoques gris », a déclaré M. Blackwood en conférence de presse. « Et aussi sur les schémas de distribution, et nous devons comprendre la relation entre les phoques et les stocks de poissons. »

« Nous pensons que l’industrie est prête à intervenir et à travailler avec les scientifiques du MPO pour concevoir, collecter les échantillons et résoudre ce problème », a-t-il déclaré.

S’exprimant devant une usine de transformation de fruits de mer, Mme Murray a provoqué des applaudissements lorsqu’elle a déclaré qu’elle sait que « les phoques mangent du poisson ».

« C’est pourquoi nous devons mieux comprendre l’impact qu’ils ont sur nos stocks de poissons, a-t-elle dit. L’équipe de travail a livré un rapport qui lance la conversation sur la façon dont nous pouvons aller de l’avant pour répondre aux préoccupations que nous avons entendues des pêcheurs à propos de ce simple fait. »

La ministre a déclaré que, dans un premier temps, son ministère organisera un sommet sur les phoques cet automne. « Il s’agira d’élargir l’engagement sur les phoques de l’Atlantique et de rassembler les parties prenantes pour discuter d’approches scientifiques, de développement et de gestion des marchés », a-t-elle déclaré.

Mme Murray a indiqué que son ministère s’est engagé à maintenir les marchés existants pour les produits du phoque canadiens et à soutenir le développement de nouveaux marchés potentiels.