La sortie de l’organisation environnementale Action boréale dénonçant cette semaine l’inaction de l’État québécois dans la protection du caribou forestier lui a valu les foudres du gouvernement.

Jean-Thomas Léveillé Jean-Thomas Léveillé
La Presse

Une mise en demeure a été envoyée par huissier au président de l’association, Henri Jacob, par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), mardi en fin de journée.

Le document sommait l’Action boréale de retirer de sa page Facebook, dans les 24 heures, le communiqué qu’elle avait publié le jour même, affirmant qu’il contient des « propos diffamatoires » à l’endroit d’un de ses employés.

L’Action boréale y dénonçait l’influence du haut fonctionnaire Francis Forcier dans le dossier de la protection du caribou forestier, une espèce vulnérable, l’accusant de refuser d’appliquer « les recommandations qui visent la sauvegarde des hardes isolées ».

« Ce technocrate pro-industrie octroyait des contrats d’abattage forestier […] durant les années 1990, alors que la fragilité du troupeau était déjà bien documentée », écrivait l’Action boréale, sous le titre « La réelle menace à la survie du caribou : Francis Forcier ».

« Ça fait des années qu’on a un plan de rétablissement du caribou et c’est ce même personnage qu’on ne peut plus nommer qui est responsable de ça », a déclaré à La Presse Henri Jacob, joint mercredi.

« Ce qu’on dit depuis des années, c’est que le gouvernement n’a pas l’intention de sauver le caribou, il fait tout son possible pour retarder les décisions, réitère-t-il.

On est tannés de se faire niaiser !

Henri Jacob, Action boréale

L’Action boréale s’est conformée à la mise en demeure et dénonce la volonté de Québec de la « faire taire ».

« On ne veut plus qu’on parle publiquement, ou qu’on nomme les choses comme on les voit, déplore-t-il. Tout ce qu’on a dit [dans le communiqué], les faits, les titres ; tout ça est vrai. »

« Ce n’est pas notre perspective », rétorque le directeur des communications du MFFP, Christian Therrien, qui reproche à l’Action boréale d’avoir personnalisé le débat.

« Il ne faut pas confondre les choses ; nous n’en avons pas contre les propos qui peuvent être fait contre le Ministère, contre l’action du Ministère », a-t-il déclaré à La Presse.

Henri Jacob, qui milite pour la défense de la forêt boréale depuis 1972, dit ne jamais avoir vécu une telle situation en près de 50 ans d’engagement.

« Je trouve ça un peu spécial », a-t-il confié.

Le ministère coupe les ponts

La sortie de l’Action boréale lui a aussi valu de se faire montrer la porte des « groupes opérationnels régionaux mis en place dans le cadre de l’élaboration de la stratégie pour les caribous forestiers et montagnards », déclarait mardi dans un communiqué le MFFP.

La sortie de l’Action boréale était « pratiquement une tentative d’intimidation », y écrit le Ministère, affirmant qu’elle porte atteinte à sa relation avec l’organisation.

« Ça veut dire que quand on dit quelque chose qui semble ne pas plaire, on se fait dire “on ne vous parle plus” », en conclut Henri Jacob.

« Le Ministère va se retrouver uniquement qu’avec des gens de l’industrie et des municipalités ; il va rester un autochtone qui va parler pour les caribous », déplore-t-il, ironisant qu’il sera ainsi « plus facile d’avoir des consensus ».

Christian Therrien reconnaît que l’expulsion de l’Action boréale signifie qu’il n’y a plus d’organisation de défense de l’environnement à la table de discussions, mais assure que leurs critiques continueront d’être entendues.