(Québec) Couper plus d’arbres permettra de réduire les gaz à effet de serre (GES), selon le gouvernement Legault. C’est ce qu’a soutenu le ministre de la Forêt, Pierre Dufour, lundi, en présentant une nouvelle stratégie pour développer l’industrie forestière.

Martin Croteau Martin Croteau
La Presse

Dans une conférence de presse devant plusieurs leaders de l’industrie, M. Dufour a annoncé que les entreprises forestières pourront récolter davantage de bois dans les années à venir. Non seulement auront-elles accès à des territoires plus vastes, Québec leur donnera aussi des incitatifs pour couper dans des secteurs moins lucratifs, par exemple sur le flanc des montagnes.

En clair, le volume de bois récolté est appelé à augmenter. Et selon le ministre, c’est une manière de lutter contre les changements climatiques.

«Le secteur forestier présente un énorme potentiel, celui de générer des émissions négatives de GES tout en créant de la richesse pour les entreprises, a déclaré M. Dufour. L’augmentation de la production de bois, l’augmentation de la récolte permettront d’augmenter la séquestration de carbone en forêt.»

PC

Pierre Dufour

Québec veut encourager l’utilisation du bois à la place de matériaux de construction, par exemple l’acier, dont la production émet beaucoup plus de GES.

Le ministre croit aussi qu’une meilleure gestion des coupes sera bénéfique pour le climat. Elle fera en sorte que la forêt soit plus saine, et que les arbres captent donc davantage de carbone.

«Si on plante juste des arbres et qu’on ne fait pas de gestion de forêt, à un moment donné tu vas avoir un effet inverse, a-t-il affirmé. La forêt en soi ne fera plus son travail de capter le carbone, de faire en sorte que les GES soient contenus.»

M. Dufour a présenté sa stratégie quelques jours après que Justin Trudeau se fut engagé à planter deux milliards d’arbres au Canada d’ici 10 ans. Le chef libéral calcule que cette mesure entraînera une baisse des émissions de GES de 30 mégatonnes d’ici 2030.

Inquiétant selon Greenpeace

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Patrick Bonin

La politique du gouvernement Legault a promptement été critiquée par le porte-parole de Greenpeace, Patrick Bonin. Selon lui, une hausse des coupes forestières ne fera que nuire aux efforts de lutte aux changements climatiques.  

«Les propositions du ministre sont inquiétantes, car elles iraient à l’encontre de la protection et de la restauration des forêts qui sont des éléments essentiels aux solutions climatiques naturelles, a-t-il déploré.

«Le gouvernement menace de dégrader davantage les forêts du Québec et les habitats des espèces en voie de disparition et pourrait réduire considérablement le stockage du carbone en forêt.»