La commissaire à l'environnement affirme que le gouvernement fédéral est loin d'être prêt pour les tempêtes majeures ainsi que l'augmentation prévue du nombre d'inondations et d'incendies que risquent de causer les changements climatiques.

Publié le 3 oct. 2017
LA PRESSE CANADIENNE

Dans ses rapports annuels d'automne, Julie Gelfand dit qu'Ottawa est incapable d'évaluer l'ampleur des risques pouvant affecter des actifs évalués à plus de 66 milliards $ ni de déterminer comment il pourrait continuer à offrir des services en période de crise.

Seulement cinq organisations gouvernementales sur 19 avaient pleinement évalué les risques liés aux changements climatiques et pris des mesures pour y remédier.

Les audits ont aussi montré que cinq organisations gouvernementales sur six n'avaient pas fourni à leur ministre ou au cabinet une évaluation des effets positifs et négatifs sur l'environnement des plans, politiques et programmes qu'elles proposaient.

Julie Gelfand critique aussi le gouvernement pour s'être commis à quatre reprises sur la scène internationale afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre, sans jamais s'approcher des cibles fixées.

À ce sujet, la plupart des critiques de la commissaire s'adressent aux gouvernements précédents. Mme Gelfand note quelques améliorations apportées par l'actuel gouvernement libéral mais ajoute que des cibles précises et des priorités doivent être fixées afin que toutes les organisations gouvernementales et les provinces sachent ce qu'elles doivent faire précisément à quelle échéance.