À quelques heures du scrutin du 1er octobre prochain, le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a lancé un « cri du coeur » en appelant les jeunes qui représentent cette année le tiers de l'électorat, à sortir voter lundi.

FANNY LÉVESQUE LA PRESSE

« Aujourd'hui, ce que je lance, c'est un cri du coeur, un cri ultime avant lundi. Il faut que l'on prenne les urnes d'assaut. Il faut que ma génération se mobilise comme elle sait le faire », a martelé le leader politique, flanqué de jeunes militants, lors d'un point de presse ce matin à Montréal. « Je voulais prendre la parole personnellement parce que la politique, ça nous appartient et notre vote sera déterminant. »

Le sondage Ipsos-La Presse-Global News, publié vendredi, donne 16 % des voix à Québec solidaire. C'est deux points de moins que le Parti québécois.

Le site Qc125 prévoit aussi de chaudes luttes sur l'île de Montréal, comme dans Laurier-Dorion, Hochelaga-Maisonneuve et Rosemont. La circonscription de Rouyn-Noranda-Témiscamingue serait aussi à la portée de Québec solidaire, selon le site de projections.

« On peut marquer une page d'histoire ce lundi. Il ne faut pas laisser filer cette chance », a réitéré M. Nadeau-Dubois, admettant cependant que faire « sortir le vote » des jeunes est un défi. « Ça va être la clé du succès pour nous. Il faut que les jeunes aillent voter. Je ne serais pas là devant vous aujourd'hui si on n'était pas conscient de ce défi-là », a-t-il dit.

Selon le co-porte-parole, Québec solidaire est la seule formation politique à avoir fait de la lutte aux changements climatiques, une préoccupation qui résonne chez les jeunes, « la priorité fondamentale » de la campagne. « Si on n'est pas là pour mettre cette question au coeur du débat public, les autres ne le feront pas à notre place », a-t-il affirmé.

Ratés déplorés

Alors que des problèmes informatiques ont sérieusement compliqué le vote par anticipation sur les campus au cours des derniers jours, Gabriel Nadeau-Dubois a déploré ces ratés, mais a rappelé que le vote déterminant était celui de lundi. « La journée où ça passe ou ça casse, c'est lundi comme tout le monde. On va mettre de l'énergie toute la fin de semaine et lundi. On a travaillé très fort sur les campus et on va continuer », a-t-il indiqué.

Les 18-34 ans composent pour une première fois au Québec le tiers de l'électorat au scrutin du 1er octobre prochain. Aux élections générales de 2014, le taux de participation des jeunes a oscillé entre 42,1 % et 66,2 % dans les différentes régions électorales de la province, selon les données fournies par le DGEQ.