Jean-François Lisée n'a pas renié son commentaire sur le ministre libéral sortant Luc Blanchette, mercredi matin. La veille, il l'avait traité de « câlice » dans un rassemblement militant.

Publié le 26 sept. 2018
Martin Croteau LA PRESSE

« Dans cette campagne, vous me voyez tel que je suis : très sérieux sur les enjeux, ouvert, transparent, répondant aux questions, et faisant régulièrement des traits d'humour, a indiqué le chef du Parti québécois. Je m'engage solennellement à continuer de faire ça si je suis premier ministre. »

Mardi soir, dans une salle de spectacle de Rouyn-Noranda, il a mis ses partisans en garde contre la division du vote du changement, qui risque de profiter au Parti libéral. Il a alors lancé une charge surprenante contre M. Blanchette, qui brigue de nouveau les suffrages dans Rouyn-Noranda-Témiscamingue.

« Ça se pourrait même que Luc Blanchette reste : éloignez de moi ce câlice », a lancé M. Lisée, prononçant le mot avec un fort accent québécois.

Il s'est vite repris en prononçant cette fois le mot de manière à désigner le vase sacré de la liturgie chrétienne. Il a aussi décrit M. Blanchette comme une « bonne personne ».

Voilà pourquoi il faut accueillir le commentaire avec un grain de sel, a expliqué M. Lisée mercredi matin.

« Il y a aussi un appel au patrimoine religieux, à la parlance québécoise, a dit M. Lisée. Et j'ai aussi dit que Luc Blanchette, c'est une homme bien, on l'a rencontré tout à l'heure, on espère que dans sa retraite il puisse aller à Wal-Mart et faire de la pêche au poisson. » 

« Habituez-vous, a-t-il ajouté. Le premier ministre que je serai ne va pas laisser son sens de l'humour à la porte du pouvoir. »

Photo Jacques Boissinot, archives La Presse canadienne

Luc Blanchette