La femme de François Legault s'excuse auprès de Justin Trudeau pour des propos tenus durant l'été devant des électeurs de Westmount.

Publié le 26 sept. 2018
Denis Lessard LA PRESSE

Isabelle Brais, femme du chef de la CAQ, François Legault, est bien moins optimiste que son mari quant à la possibilité de négocier avec le gouvernement fédéral. Rouvrir la Constitution sera impossible avec le gouvernement de Justin Trudeau, estime-t-elle. « Son père était brillant, mais lui ne l'est pas », a-t-elle laissé tomber, cet été, devant des électeurs de Westmount.

L'assemblée organisée par le député caquiste de Deux-Montagnes, Benoit Charette, visait à présenter la candidate de la CAQ dans Westmount, Michelle Morin. Une quarantaine de personnes s'étaient déplacées, des sympathisants caquistes, mais aussi des électeurs sans filiation politique. Ce 14 août, au Centre Greene, près du Westmount Square, M. Charette avait présenté une invitée-surprise : Isabelle Brais, la conjointe de François Legault.

La Presse a obtenu l'enregistrement complet de cette réunion. Mme Brais, qui a déjà vécu à Toronto, s'y exprime sans problème en anglais. Par le truchement de la CAQ, en soirée hier, elle transmettait ses excuses. « Je tiens à m'excuser publiquement auprès du premier ministre canadien pour cette maladresse. Parfois, les mots dépassent largement la pensée et, cette fois-ci, ce fut définitivement le cas. J'en suis grandement désolée. »

Deux personnes jointes par La Presse étaient présentes et ont souligné avoir trouvé passablement étrange que Mme Brais vienne à Westmount critiquer Justin Trudeau.

« Je ne suis pas un supporter de la CAQ, j'y allais pour voir ce qu'il offre. Je ne savais même pas que Mme Brais serait là. On ne la connaissait pas, on nous a dit : voici la conjointe de M. Legault. »

- Une personne qui était sur place jointe par La Presse. Cette personne a demandé à conserver l'anonymat.

Dans l'assistance, un intervenant a demandé à Mme Brais si on pourrait un jour rouvrir la Constitution et déboucher « sur un Canada uni, avec le Québec et l'Ontario ». Mme Brais a répliqué sur-le-champ : « Ce ne sera pas possible avec Justin Trudeau. Son père était brillant, mais lui ne l'est pas. »

Sa position tranche passablement avec celle de son conjoint, François Legault, qui se fait fort de négocier, une fois élu, de nouvelles ententes avec le gouvernement fédéral de Justin Trudeau, notamment dans le secteur de l'immigration. Il se proposait aussi de négocier la récupération de points d'impôts avec le fédéral, un objectif qui paraît toutefois repoussé dans le temps.

L'interlocuteur de Mme Brais était à l'évidence en désaccord avec elle. Pour calmer le jeu, le député Benoit Charette a sauté dans la mêlée : « Pour ouvrir la Constitution, vous devez trouver de l'ouverture dans des parties du pays. On ne la trouve pas, mais dans notre programme, on indique qu'on n'a pas besoin d'ouvrir la Constitution pour obtenir des changements. On l'a fait pour les commissions scolaires. »

Ancien député péquiste, il observe que « depuis 1994, campagne après campagne, le Parti québécois perd beaucoup d'appuis. [...] Avec le temps, le PQ va se marginaliser, et on aura un retour de la dualité entre la CAQ et le PLQ », l'enjeu de la souveraineté disparaîtra, a-t-il dit dans un anglais plutôt laborieux.

La question du Québec, et des anglophones

Pour Mme Brais, « le Québec est unique en Amérique ». « On est en partie européens, en partie américains. Où trouvez-vous cela ailleurs ? Une petite "bourgade" [en français] en Amérique, qui parle français, qui parle anglais, un joyau, c'est une partie du nationalisme. » Quand une personne lui rappelle le sentiment séparatiste au Québec, elle se montre condescendante avec le Canada anglais.

« On est différents, on n'est pas la Saskatchewan. Iriez-vous en Saskatchewan ? C'est presque les États-Unis. Sommes-nous comme les Américains ? Non ! »

- Isabelle Brais

Les autres provinces comme l'Ontario n'ont pas à protéger leur différence, ils sont satisfaits ; « ils font une seule déclaration de revenus... ils veulent la télévision américaine », a-t-elle résumé.

Elle a déclaré que Trudeau n'avait pas fait un bon travail lors de son voyage en Inde plus tôt dans l'année - elle souhaitait une rencontre entre le premier ministre de l'Inde et son conjoint.

Mme Brais a aussi critiqué le travail de Kathleen Weil, la ministre responsable des anglophones au sein du gouvernement Couillard. Quelqu'un dans l'assistance a suggéré qu'on se débarrasse du nouveau Secrétariat pour la communauté anglophone, créé récemment par le gouvernement Couillard. « Elle approuvait de la tête, indiquait qu'elle était d'accord avec ça », a affirmé un témoin. M. Legault aussi s'opposait à la création de l'organisme, jusqu'au débat récent sur les réseaux de télé anglophones. « Si vous vouliez convaincre les anglophones, vous avez fait là toutes les erreurs possibles », a résumé un spectateur au centre communautaire de Westmount.