Le chef du Parti libéral du Québec (PLQ) estime que sa volonté de libéraliser davantage le commerce des boissons alcooliques n'est pas contradictoire avec la conclusion d'un rapport suggérant que toute augmentation de la concurrence aurait plus d'impacts négatifs que le statu quo.

Publié le 22 sept. 2018
Julien Arsenault LA PRESSE CANADIENNE

Bien qu'il ne soit «pas question» de privatiser la Société des alcools du Québec (SAQ), Philippe Couillard a ouvert la porte, samedi, à la vente de «certains produits de niche», comme des vins d'importation privée qui ne sont pas disponibles sur les tablettes de la société d'État, chez des détaillants privés.

Interrogé en point de presse à Montréal, le chef libéral n'a pas semblé croire que les ambitions de son parti s'inscrivent en porte-à-faux avec les recommandations du rapport de la firme PricewaterhouseCoopers publié la veille et qui prévient que la privatisation de la SAQ aurait des résultats au mieux mitigés.

Or, le document commandé au printemps dernier relève que «tous les scénarios de privatisation et d'augmentation de la concurrence» présentent une «proposition significative d'impacts négatifs lorsqu'ils sont comparés au statu quo».

Répétant qu'il s'opposait à une privatisation de la société d'État, le chef libéral a expliqué qu'il ne voyait pas d'inconvénients à la vente de produits spécifiques dans le secteur privé, ajoutant qu'il s'agissait d'un «pourcentage microscopique» des ventes de la SAQ.

Compte tenu du nombre grandissant de microbrasseries et de distillateurs dont les produits ne sont pas vendus dans le réseau de la société d'État, le jeu en vaut la chandelle, a dit M. Couillard.

Des trois degrés de privatisation analysés, le rapport a conclu qu'aucun scénario n'était favorable à l'heure actuelle.

Pour l'exercice 2017-2018, le chiffre d'affaires de la SAQ, qui compte près de 6900 employés, a été de 3,5 milliards $. Le bénéfice net, qui correspond au dividende versé à l'État québécois, a été de 1,1 milliard $.