Moins de deux semaines après avoir laissé entrevoir une baisse importante du nombre d'immigrants admis au Québec, Jean-François Lisée n'a pas exclu la possibilité qu'un gouvernement du Parti québécois augmente les seuils, dimanche.

Martin Croteau LA PRESSE

Le chef du Parti québécois propose, s'il est élu, de déterminer les seuils d'immigration sur la base de recommandations de la vérificatrice générale.

De passage à Gatineau, il n'a pas exclu la possibilité qu'un gouvernement péquiste augmente le nombre d'immigrants, si la vérificatrice devait faire une recommandation en ce sens.

« Je refuse de spéculer, je serai très respectueux d'une recommandation basée sur les faits », a expliqué M. Lisée lorsqu'un journaliste l'a interrogé sur cette possibilité.

Le 7 septembre, M. Lisée avait avancé que le nombre d'immigrants admis sous un éventuel gouvernement péquiste serait nettement plus bas que le seuil actuel de 50 000 à 53 000 personnes.

« Je vous dis que ça sera probablement autour de 35 000 ou 40 000 », avait-il dit à ce moment.

Une dizaine de jours plus tard, M. Lisée a expliqué que cet estimé était basé sur les chiffres « des années passées », et que ce sera à la vérificatrice générale de déterminer les besoins et la capacité d'accueil futurs.

« Dans les échanges que j'ai eus avec vous par la suite, tous les jours par la suite, j'ai précisé que j'ai parlé du passé, a expliqué M. Lisée. Pour l'avenir, on va voir ce que les besoins du Québec (...) seront. »

S'est-il mal exprimé à ce moment ?  « Je me suis mieux exprimé après », a-t-il répondu.

Le printemps dernier, M. Lisée a indiqué que la stratégie péquiste mènerait dans un premier temps à une baisse des seuils d'immigration.

« C'est sûr que le chiffre du succès, les premières années, va être moins de 50 000, parce que ça, c'est l'échec », avait dit M. Lisée à Radio-Canada le 22 mai.