Source ID:864eb040-e19c-4a39-853f-01886385545a; App Source:alfamedia

Sondage Ipsos-La Presse: les jeunes tournent le dos à la souveraineté

Québécois d'abord, mais sans le poids de l'histoire. Les jeunes électeurs s'intéressent à la campagne, mais pas à la question nationale, la langue ou l'immigration, suggère un nouveau sondage qui pourrait constituer une mauvaise nouvelle pour les partis souverainistes.

La question de la langue et celle de... (Photo David Boily, Archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

La question de la langue et celle de l'immigration, qui monopolisent pourtant le débat public depuis quelques jours, devraient avoir peu d'impact sur le vote des jeunes, selon notre sondage.

Photo David Boily, Archives La Presse

Malgré ce désamour pour les sujets liés à... (Photo David Boily, Archives La Presse) - image 1.1

Agrandir

Malgré ce désamour pour les sujets liés à l'identité, une majorité des répondants se disent Québécois d'abord, bien avant d'adopter l'étiquette de « citoyen du monde ».

Photo David Boily, Archives La Presse

La souveraineté sur la touche

La souveraineté est l'enjeu qui aura le moins d'impact sur le choix électoral des 18-25 ans parmi les 12 soumis dans ce coup de sonde. L'étude a été effectuée par la firme Ipsos en prévision d'un colloque sur les jeunes et la politique organisé aujourd'hui par La Presse.

« Ils n'ont pas baigné dans les débats constitutionnels pendant leur vie », explique Sébastien Dallaire, directeur général de la firme qui a sondé 510 jeunes électeurs potentiels. Beaucoup d'entre eux sont d'ailleurs nés après le dernier référendum. Pour le politologue Éric Montigny, professeur à l'Université Laval, ce sondage tend à montrer que cet enjeu « n'est plus structurant » pour le vote des jeunes. La chaire de recherche qu'il dirige coorganise le colloque de cet après-midi.

Fédéralistes sept fois sur dix

La question de la langue et celle de l'immigration, qui monopolisent pourtant le débat public depuis quelques jours, se classent elles aussi en fin de liste et devraient donc avoir peu d'impact sur le vote des jeunes. Ces trois enjeux (souveraineté, langue et immigration) sont traditionnellement liés entre eux, « comme on a pu le voir en 2014 dans le débat sur la charte des valeurs », fait valoir M. Dallaire.

Le sondeur a tout de même testé l'opinion de ses jeunes répondants sur ces sujets. On apprend ainsi que seulement 19 % des 18-35 ans seraient indépendantistes, contre 70 % de fédéralistes. Les jeunes seraient aussi plus optimistes qu'inquiets pour l'avenir du français.

Québécois avant tout

Malgré ce désamour pour les sujets liés à l'identité, une majorité des répondants se disent Québécois d'abord, bien avant d'adopter l'étiquette de « citoyen du monde » qu'on accole souvent aux membres de cette génération. « Il ne faut pas voir le peu d'importance accordée à la souveraineté comme un signe que les jeunes ne sont pas attachés au Québec. En fait, chez les francophones, ce sont les deux tiers qui se disent d'abord québécois », explique Sébastien Dallaire d'Ipsos. Seulement 8 % des jeunes Québécois se diraient d'abord et avant tout « citoyens du monde », suggère l'étude. « C'est contre-intuitif par rapport à ce à quoi on aurait pu s'attendre », ajoute Éric Montigny.

« Ça veut dire qu'il y a une identité québécoise qui demeure, mais qui ne se traduit pas par un appui à l'indépendance. » - Éric Montigny, politologue

Réveillés par le printemps étudiant

Alors que les soubresauts du débat sur l'avenir constitutionnel du Québec ont marqué l'initiation politique de générations de Québécois, les 18-25 ans citent d'abord la crise étudiante de 2012 lorsqu'ils analysent leur propre éveil politique. Un répondant sur quatre cite cet événement comme « la première fois » où il s'est intéressé à la politique. L'éducation est d'ailleurs l'enjeu qui arrive en tête de liste en termes d'influence sur le vote, avant la santé et l'environnement.

Les changements climatiques, justement, ont servi d'éveil politique pour 18 % des répondants, alors que la crise des migrants a joué ce rôle pour 9 % des répondants. « Ils sont plus concernés par l'environnement que les générations précédentes, on l'avait déjà mesuré dans d'autres sondages », a indiqué M. Dallaire.

Mauvaise nouvelle pour le PQ et QS

Pour des raisons liées à la présence de la Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires parmi les commanditaires du sondage, celui-ci n'inclut pas de question directe sur les intentions de vote. Sébastien Dallaire d'Ipsos estime tout de même qu'il peut servir à percer les états d'âme de l'opinion publique à bientôt deux semaines du scrutin. « C'est difficile d'y voir une bonne nouvelle pour les partis souverainistes, à la fois le Parti québécois ou Québec solidaire. Cette option n'est pas très populaire chez les jeunes », analyse-t-il. Plus généralement, les débats qui tablent sur les sujets identitaires risquent fort de rebuter les jeunes, ajoute le sondeur.

Plus intéressés qu'on pense

Le sondage réalisé par Ipsos en pleine rentrée suggère par ailleurs que les jeunes suivent la campagne électorale. « Ils s'intéressent plus que l'on pense à la politique », souligne Éric Montigny, assez étonné de cette conclusion. Deux répondants sur trois se sont dits « très » ou « assez » intéressés par la campagne, une conclusion assez stable, quels que soient la langue ou le lieu de résidence du répondant.

Une vaste majorité des répondants (81 %) ont indiqué qu'ils avaient l'intention d'aller voter le 1er octobre prochain. Une tendance qui ne risque pas de se répercuter dans les urnes, prévient Éric Montigny. « La question de la participation est toujours surestimée, dans tous les sondages », dit-il. « Il y a un biais de désirabilité sociale », les répondants cherchant à donner la réponse qui correspond à la norme plutôt qu'à la vérité.

***

Méthodologie

Le sondage d'Ipsos a été réalisé par le truchement de l'internet auprès de 510 jeunes Québécois de 18 à 25 ans avant d'être pondéré. Il a été effectué du 31 août au 6 septembre derniers. « Ipsos n'applique pas de marge d'erreur globale à ce sondage. La précision des sondages en ligne d'Ipsos est plutôt mesurée par un intervalle de crédibilité. Le présent sondage est précis à +/- 5 %, dans 19 cas sur 20 », indique la firme.




La liste:-1:liste; la boite:2512870:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer