Au moment où ses adversaires ramènent le débat sur l'immigration, Philippe Couillard réitère des promesses faites en juin pour l'intégration et la francisation des nouveaux arrivants. Seule nouveauté présentée lundi : il ajoute deux millions par année pour faciliter la sélection des immigrants économiques en fonction des besoins de main-d'oeuvre.

Publié le 10 sept. 2018
Tommy Chouinard LA PRESSE

Lors du conseil général de son parti en juin dernier, le chef libéral s'était engagé à accorder 15 millions par année aux MRC pour mieux intégrer et retenir dans les régions les « travailleurs venus d'ailleurs » comme le veut son expression fétiche depuis le début de la campagne. Il avait également promis une enveloppe supplémentaire de 10 millions par année en vue d'augmenter les services de francisation en entreprise offerts par les commissions scolaires et des organismes.

De passage à Québec lundi, M. Couillard a voulu remettre au goût du jour ces deux engagements. Il a augmenté un peu la mise en annonçant 10 millions étalés sur cinq ans et destinés aux municipalités et aux MRC. La somme servirait à dresser un portrait local des besoins de main-d'oeuvre. Ce serait fait avec l'aide d'Emploi-Québec. Pour le Parti libéral du Québec (PLQ), ce serait un moyen de faciliter la planification de l'immigration économique et la sélection des nouveaux arrivants.