Un gouvernement solidaire redirigerait les versements au Fonds des générations vers des infrastructures vertes permettant une transition écologique au Québec. Cette annonce s'ancre dans le cadre financier « extrêmement prudent » et « honnête » de Québec solidaire (QS) dévoilé dimanche, qui mise en grande partie sur des investissements pour les générations futures.

Mis à jour le 10 sept. 2018
Marissa Groguhé LA PRESSE

Pour la formation politique de gauche, le remboursement de la dette publique de la province n'est pas prioritaire à la lutte contre la crise climatique. « Les libéraux pensent qu'il est important de priver l'État d'argent pour rembourser la dette. Nous disons que cet argent, il faut l'investir dans des infrastructures [...] qui permettront au Québec de devenir une société viable économiquement et écologiquement », soutient Simon Tremblay-Pepin, candidat solidaire dans la circonscription de Nelligan, à Montréal, et porte-parole en matière d'économie et de finances publiques.

La valeur du Fonds des générations est de 13,3 milliards en 2018-2019 et atteindra 17,8 milliards d'ici 2022-2023, d'après le ministère des Finances. QS ne prévoit pas utiliser l'argent accumulé dans les coffres.

M. Tremblay-Pepin note par ailleurs que le programme financier de la Coalition avenir Québec (CAQ), dévoilé vendredi, n'accorde « pas une cenne à l'environnement », alors que QS en fait un de ses principaux chevaux de bataille.

Au total, la formation chiffre les dépenses de son programme à 12,9 milliards (le même montant que ses revenus anticipés) pour la dernière année de mandat, soit 2022-2023. Les dépenses et les revenus ne sont pas déclinés sur les trois années précédentes. « Ce serait de jouer à l'apprenti sorcier que d'aller dire qu'une proportion précise du programme sera atteinte à une année donnée, avance Simon Tremblay-Pepin. On s'engage à dire que chaque année va être équilibrée et on veut montrer ce qu'on pense qu'on va avoir dépensé et avoir été cherché à terme. »

ÉDUCATION, ASSURANCE ET AIDE SOCIALE

Autre grande ligne du plan financier de QS, l'éducation bénéficierait de 2,5 milliards à la dernière année d'un mandat solidaire afin que soit instaurée la gratuité scolaire du CPE au doctorat. Un investissement de 1,6 milliard est également prévu pour les écoles publiques. QS annonçait la semaine dernière que le financement des écoles privées serait rapatrié vers les établissements publics, s'il formait le prochain gouvernement.

Tout près de 1 milliard serait destiné à garantir une assurance dentaire pour tous, alors que « le quart de la population ne va pas chez le dentiste, parce que ça coûte trop cher », soulève M. Tremblay-Pepin.

L'aide sociale bénéficierait de 1 milliard afin d'être augmentée, et 850 millions permettraient de construire 50 000 logements sociaux additionnels d'ici 2022-2023.

En santé, un réinvestissement majeur ainsi qu'un plan pour que les CLSC soient ouverts en tout temps coûteraient 1,5 milliard. Rappelons que, parallèlement, QS prévoit réduire la rémunération des médecins, économisant ainsi 925 millions.

« EXTRÊMEMENT PRUDENT »

« Contrairement à la CAQ », Québec solidaire dit miser sur la simplicité dans son plan économique, basant son plan financier sur les données actuelles du ministre des Finances. 

« On ne prétend pas être mieux placés que le Ministère pour prévoir la croissance économique du Québec et on ne prétend pas non plus que nos mesures auront un impact sur l'économie, même si tout le monde conçoit que ce sera le cas. » - Simon Tremblay-Pepin, candidat solidaire

QS se refuse ainsi à compter sur la croissance économique que ses mesures pourraient générer pour établir un équilibre budgétaire. « L'équilibre, on va le chercher d'emblée, explique le candidat de Nelligan. C'est extrêmement prudent, mais ça nous semble beaucoup plus clair et honnête envers la population. »

« On souhaite montrer simplement aux Québécois que si on compare les revenus qu'on va chercher aux dépenses qu'on a prévues, ça balance », affirme-t-il.

UNE ANNONCE DISCRÈTE

De passage à Magog, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, s'est dit étonné que Québec solidaire ait dévoilé son cadre financier par communiqué, sans même inviter les médias à en prendre connaissance en conférence de presse.

« Je ne me rappelle pas d'avoir vu ça, un parti qui ne présente pas de cadre financier devant les journalistes », a-t-il observé.

« On a dévoilé l'ensemble des revenus d'un futur gouvernement solidaire au cinquième jour pour répondre d'emblée à la question "Qu'est-ce que vous allez faire pour payer tout ça ?" », répond M. Tremblay-Pepin. De plus, toutes les dépenses au programme ont fait ou feront l'objet de sorties spécifiques au cours du mois de septembre.

« La plupart des grandes dépenses ont déjà été annoncées, il ne restait pas grand-chose », note le candidat, ajoutant que les médias ayant déserté l'autocar de campagne de Québec solidaire, le dévoilement de son cadre financier devait, par dépit, se faire par communiqué.

- Avec Martin Croteau, La Presse