Après les chèques pour les familles, des aides fiscales pour les aînés : Philippe Couillard poursuit la distribution des « nouvelles marges de manoeuvre » financières qu'il a dégagées au terme de son mandat.

Mis à jour le 5 sept. 2018
Tommy Chouinard LA PRESSE

Cette fois, le chef libéral promet de verser 153 millions par année, à terme, aux personnes âgées grâce à un train de mesures.

Il s'engage à bonifier le crédit d'impôt « pour les travailleurs d'expérience », ceux qui ont 61 ans et plus. Le plafond du revenu de travail admissible serait rehaussé de 1000 $. Prenons l'exemple d'un travailleur de 65 ans : le revenu de travail admissible - excédant 5000 $ - serait de 12 000$ au lieu de 11 000 $, et la valeur du crédit d'impôt serait de 1800 $ au lieu de 1650 $. C'est donc un gain de 150 $ auquel s'engage le PLQ.

Il veut également permettre à une personne retraitée qui continue de travailler de suspendre sa rente ou de la reporter jusqu'à 75 ans afin qu'il ne soit plus forcé de « payer de l'impôt en double ». Avec ce report, une personne dont la rente mensuelle débutant à 65 ans est de 1000 $ toucherait plutôt 1420 $ à partir de 70 ans et 1840 $ à partir de 75 ans.

Un gouvernement libéral augmenterait jusqu'à 200 $ la valeur du crédit d'impôt en raison de l'âge, à partir de 70 ans. Il atteindrait ainsi un maximum de 670 $.

Il bonifierait le programme Allocation-logement, qui vient en aide aux aînés et aux familles à faible revenu. Les personnes ciblées doivent gagner moins de 17 000 $ et consacrer au moins 30% de leur revenu au logement. Le montant maximal de l'aide serait augmenté de 150 $ par année. Le soutien atteindrait ainsi jusqu'à 1100 $ annuellement.

Enfin, le PLQ promet d'augmenter de 1000 $ par année le plafond du crédit d'impôt pour maintien à domicile. Il cible les aînés de 70 ans et plus dont les revenus sont inférieurs à 57 000 $.

Le PLQ a distribué dans la confusion une première version de son communiqué de presse contenant ses promesses. Or, Philippe Couillard a demandé à son équipe d'apporter des précisions pour « rendre l'annonce facile à comprendre pour tout le monde », car quand c'est « technique », « les gens ne s'y retrouvent plus ». Il a reconnu que c'est la raison pour laquelle il est arrivé avec une heure de retard à la résidence pour personnes âgées de Sherbrooke où il procédait à son annonce, mercredi. Au final, « je pense qu'ils ont très bien compris ici que je vais mettre plus d'argent dans leur poche », a-t-il déclaré.

Alors voici des exemples que le parti a finalement donnés : les aînés qui ne touchent que leurs revenus de retraite jusqu'à 34 000 $ seraient exemptés d'impôt pour un montant allant à 24 000 $ au lieu de 22 600 $ à l'heure actuelle. Ils garderaient donc « 200 $ de plus dans leurs poches ».

De son côté, une personne de 70 ans au travail, dont le revenu est de 34 000 $, ne paierait pas d'impôt sur la première tranche de 32 400 $ au lieu de 30 000 $. Elle conserverait «350 $ de plus dans leurs poches » comme le dit le PLQ.

« Vous avez vu le rapport de la vérificatrice générale: il y a de nouvelles marges de manoeuvre qui sont nettement présentes » et « on veut donner plus d'argent dans la poche des gens, ce qui inclut les aînés », a affirmé M. Couillard.