François Legault a dévoilé son «escouade économique» dans la confusion, mercredi. Cette équipe compte 35 membres et comprend Youri Chassin, a précisé le chef caquiste, quelques minutes après que son équipe eut distribué un communiqué sur lequel on ne trouvait que six noms et qui ne faisait aucune mention de l'économiste.

Mis à jour le 29 août 2018
Martin Croteau LA PRESSE

En matinée, l'équipe de la CAQ a distribué un communiqué aux journalistes intitulé « La CAQ présente son 'escouade économique' ». On y présentait trois hommes et trois femmes, tous issus du milieu des affaires.

Cette liste comprenait les candidats suivants:

- Gilles Bélanger (Orford, Estrie), homme d'affaires, ancien PDG de la station de ski Owl's Head

- Joëlle Boutin (Jean-Talon, Québec), cofondatrice du groupe Femmes Alpha

- Marie-Chantal Chassé (Châteauguay, Montérégie), fondatrice et présidente de JMJ Aéronautique

- Pierre Fitzgibbon (Terrebonne, Lanaudière), associé chez Partenaires Walter Capital et ancien administrateur de la Caisse de dépôt et placement

- Éric Girard (Groulx, Laurentides), ancien trésorier et vice-président de la Banque nationalE

- Nadine Girault (Bertrand, Laurentides et Lanaudière), gestionnaire au long cours et administratrice d'Investissement Québec

Cette liste comprenait des absences de taille. Il y avait d'abord celle de l'homme d'affaires Stéphane Le Bouyonnec, qui a démissionné de la présidence de la CAQ et qui a retiré sa candidature dans La Prairie. Il y avait aussi celle de Youri Chassin, économiste à l'Institut économique de Montréal. Et enfin, celle de François Bonnardel, critique de la CAQ en matière de Finances. 

Le communiqué initial de la CAQ ne précisait pas qui étaient les 35 membres de l'escouade économique de M. Legault. En fait, il ne mentionnait même pas que cette équipe comptait 35 membres.

Ce n'est que plus tard que l'entourage de M. Legault a dirigé l'attention des journalistes vers un court passage du communiqué, dans lequel on précisait que M. Legault se trouvait en Beauce pour présenter «une partie» de son escouade économique.

M. Legault a minimisé l'importance de la confusion qui a entouré son annonce, affirmant qu'il ne s'agissait que d'une question logistique.

«Je ne pédale pas pantoute, s'est défendu M. Legault. Je suis debout, j'ai les jambes immobiles et je suis très fier des six qui sont là, mais je suis très fier des 35 qui sont dans l'équipe.» 

«C'est une question de logistique, a-t-il ajouté. Je n'aurai pas 35 candidats avec moi chaque jour.»

Il a assuré qu'il n'est pas question pour lui de cacher M. Chassin, qui a été ciblé par les adversaires de la CAQ pour ses prises de positions passées contre le réseau des CPE, pour l'abolition des commissions scolaires, et contre la gestion de l'offre. 

«Youri, c'est un jeune qui fait partie de la relève en politique et vous allez en entendre parler longtemps», a d'ailleurs indiqué M. Legault.

Le chef de la CAQ a cependant ajouté une couche de confusion supplémentaire quelques minutes après la fin de la conférence de presse. Il a publié sur Twitter une photo de son équipe économique, sur laquelle on aperçoit... 36 candidats.

L'annonce du chef de la CAQ rappelle le dévoilement du «trio économique» entièrement masculin des libéraux aux élections de 2014, composé de Carlos Leitão, Martin Coiteux et Jacques Daoust.

Mesures économiques 

S'il est élu, François Legault entend réviser le rôle d'Investissement Québec et alléger la bureaucratie de l'État pour favoriser la croissance des entreprises.

Le chef caquiste a proposé trois autres mesures pour favoriser la création d'entreprises. Il souhaite d'abord en place un programme de bourses pour permettre aux entrepreneurs de participer aux formations de l'École de l'entrepreneurship de Beauce, où il a pris la parole mercredi. 

Un gouvernement de la CAQ introduirait aussi un volet sur l'entreprenariat dans le cours d'éducation financière, qui est offert au cinquième secondaire. 

Enfin, la CAQ s'engage à financer quatre nouvelles écoles d'entreprenariat au Saguenay-Lac-Saint-Jean, dans Chaudière-Appalaches, en Montérégie et dans les Laurentides.