Jean-François Lisée trouve «odieux» que la candidate vedette du Parti libéral Marwah Rizqy ait comparé François Legault à Donald Trump. Selon lui, sa sortie a été planifiée par des hommes qui sont stratèges au bureau de Philippe Couillard.

Mis à jour le 27 août 2018
Hugo Pilon-Larose LA PRESSE

En point de presse, hier, Mme Rizqy - qui est candidate libérale dans la circonscription de Saint-Laurent, à Montréal - a dit que le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) avait été «sexiste» en dévoilant les échanges de textos que Gertrude Bourdon (maintenant candidate du PLQ à Québec) a eus avec son parti.

Pour Mme Rizqy, cet épisode lui rappelle la politique pratiquée à la façon du président américain Donald Trump. De son côté, la ministre libérale Christine St-Pierre a ajouté au cours du même point de presse que François Legault pratiquait «du féminisme de façade».

«Les libéraux ont décidé que c'était le temps d'envoyer une tonne de brique sur François Legault et ils l'ont comparé à Donald Trump. De Marwah Rizqy, on attendait mieux, [et pour] Christine St-Pierre, ce n'est pas surprenant», a dit M. Lisée, lundi.

«Mais Donald Trump, c'est quelqu'un qui est accusé d'agression sexuelle par 19 femmes (...). C'est quelqu'un qu'on sait [qu'il] tient des propos misogynes envers les femmes. (...) Comparer un politicien québécois [ou] François Legault à Donald Trump, c'est odieux, [et] Philippe Couillard devrait désavouer sa candidate vedette», a-t-il ajouté.

Pour Jean-François Lisée, il ne fait aucun doute que les deux candidates libérales ont fait cette sortie à la demande «du bureau du premier ministre et de ses communicateurs qui sont des hommes.»

«Il y a des hommes qui ont décidé d'envoyer une tonne de brique sur François Legault et il y a deux femmes qui auraient dû refuser», a-t-il dit.

«Je suppose que Mme Rizqy [a dit ce qu'elle a dit] parce qu'elle le pensait, mais ce n'est pas elle qui a décidé que la sortie avait lieu hier. C'est une décision du bureau de campagne (...). Ensuite, si elle assume ses propos, ça démontre qu'elle manque de jugement», a complété le chef péquiste.