Source ID:; App Source:

Philippe Couillard l'emporte, Pauline Marois s'en va

Philippe Couillard a dit accepter son nouveau rôle... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Philippe Couillard a dit accepter son nouveau rôle de premier ministre «avec honneur, sérénité, humilité et confiance, conscient de l'ampleur de la tâche devant nous».

Photo André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:11531:liste;la boite:2545370:box

résultats

la liste:11534:liste;la boite:2545746:box

Chroniques

Vincent Marissal | Un exploit et un naufrage

Un exploit et un naufrage

Lorsque Philippe Couillard s'est rendu voter, hier matin, dans sa... »

la liste:11530:liste;la boite:2545350:box

chronologie

Philippe Couillard en 10 dates

Philippe Couillard en 10 dates

1973Le jeune Philippe Couillard est admis à la faculté de médecine de... »

Très dure sanction pour le gouvernement de Pauline Marois, qui a été emportée par la vague libérale jusque dans sa circonscription de Charlevoix. Les libéraux de Philippe Couillard ont été élus haut la main, lundi soir, avec un mandat clairement majoritaire.

>>> Consultez les résultats complets

C'est une amère défaite pour la première femme élue au poste de premier ministre du Québec. Battue dans sa circonscription, elle aura finalement eu le mandat le plus court de l'histoire.

Philippe Couillard, qui avait fait le pari de se présenter dans Roberval, une région péquiste, l'a très facilement emporté sur son adversaire Denis Trottier, en reprenant à son avantage une majorité de 6000 voix.

En fin de soirée, la domination du Parti libéral (PLQ) était décisive. Les candidats libéraux étaient élus dans 70 circonscriptions, ce qui représente 20 gains par rapport à 2012, loin devant le Parti québécois (PQ). Avec seulement 30 sièges, le PQ subit toute une dégelée - il avait obtenu 54 sièges en 2012. Les libéraux auront arraché en tout 15 sièges au PQ partout en province, et 5 à la Coalition avenir Québec (CAQ), essentiellement dans la région de la capitale.

Mme Marois, après une soirée de très chaude lutte, était finalement battue par la candidate libérale Caroline Simard dans Charlevoix. Dans son discours, chaudement applaudi, après un plaidoyer pour la défense du français, elle a annoncé son départ de la vie politique, après la période de transition que son parti jugera nécessaire.

«Maintenant ce soir, vous comprendrez que dans les circonstances, je vais quitter mes fonctions. J'assumerai cependant mes responsabilités pour assurer une transition ordonnée», a indiqué Mme Marois devant ses militants réunis au centre-ville de Montréal.

«Si j'ai un regret, ce soir, c'est de n'avoir pu renforcer la présence du français dans tous les domaines. Alors je le dis, je suis inquiète pour notre langue, a-t-elle laissé tomber. «Alors peu importe nos allégeances politiques, nous avons le devoir de brandir le flambeau de la langue française et de le faire bien haut», a ajouté la première ministre défaite.

L'élection qu'elle avait choisi de déclencher laisse son parti dévasté.

La stratégie d'imposer une charte des valeurs a fait reculer le parti à Montréal, et le saut de Pierre Karl Péladeau dans la mêlée a causé des dommages un peu partout, mais surtout dans la région de Québec, où le PQ n'a toujours qu'un seul siège.

Avec 26% des suffrages, le PQ fracasse le record du pire score du parti - 28% sous André Boisclair en 2007. La Charte n'aura pas aidé la cause du PQ; avec seulement quatre circonscriptions à Montréal, le parti de René Lévesque revient à son niveau des débuts, en 1973.

Du côté de la CAQ

Résultats étonnants pour le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, réélu avec une avance de plus de 7000 voix sur la vedette péquiste Pierre Paquet, dans L'Assomption. La performance de son parti a été étonnante, même si les sondages annonçaient une forte remontée en fin de campagne. En soirée, son parti était élu ou en avance dans 22 circonscriptions, 3 de mieux qu'à l'élection de 2012. «Les résultats ne sont pas à la hauteur de nos attentes, mais on a semé pour l'avenir!», a lancé François Legault, en promettant de rester en poste pour la durée du mandat. En vertu de la loi, désormais, les prochaines élections doivent avoir lieu le 1er octobre 2018.

La CAQ réservait bien des surprises. Elle a ravi pas moins de huit circonscriptions au Parti québécois dans la couronne nord, des circonscriptions acquises normalement aux souverainistes, comme Masson, Repentigny et Mirabel. Le PQ, lui, n'a arraché qu'un siège à la CAQ, celui de Pierre Karl Péladeau dans Saint-Jérôme. Chez les vedettes de la CAQ, Christian Dubé l'a emporté à Lévis, tout comme Sylvie Roy dans Arthabaska et François Bonnardel dans Granby, mais Stéphane Le Bouyonnec a mordu la poussière dans La Prairie.

Québec solidaire misait sur une troisième victoire: il l'a obtenue à l'arraché. Manon Massé paraissait en voie de perdre pendant une bonne partie de la soirée. Elle a battu Daniel Breton dans Sainte-Marie - Saint-Jacques, où la chef péquiste était passée six fois durant la campagne. Le député sortant a même fini troisième dans la circonscription historiquement péquiste.

Vedettes et déroutes

La plupart des candidats-vedettes du Parti libéral feront leur entrée à l'Assemblée nationale : les Gaétan Barrette, Jacques Daoust, Hélène David, Martin Coiteux et François Blais, à Québec, ont facilement été élus. Les libéraux ont fait plusieurs gains dans la région de Québec, défaisant des caquistes.

À l'inverse, c'était l'hécatombe pour le Parti québécois. Le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet, a mordu la poussière dans Johnson. Le même sort attendait son collègue à la Santé, Réjean Hébert, dans Saint-François. Plusieurs collègues ont également encaissé des défaites inattendues.

Pierre Duchesne a perdu dans le bastion péquiste de Borduas, aux mains du caquiste Simon Jolin Barrette. Dans un autre fief nationaliste, Chambly, Bertrand St-Arnaud a été battu par la CAQ. Autre surprise dans Ungava, une circonscription péquiste depuis sa création dans les années 70, où c'est le candidat libéral qui était en voie de l'emporter.

Dans le 450, le PLQ a fait des gains importants: d'abord, tout Laval a été peint en rouge, avec des victoires libérales dans Sainte-Rose et, surtout, dans Laval-des-Rapides, où se présentait la vedette péquiste Léo Bureau-Blouin.

D'autres vedettes péquistes ont mordu la poussière. L'économiste Simon Prévost a été défait dans Montarville et l'ex-journaliste Alexis Deschênes a perdu dans Trois-Rivières. La femme de théâtre Lorraine Pintal a perdu dans Verdun; Gylaine Desrosiers, anciennement à l'Ordre des infirmières, a échoué dans Blainville, alors que l'ex-leader étudiante Martine Desjardins s'est inclinée dans Groulx, une circonscription normalement acquise au PQ.

- Avec Hugo Pilon-Larose




À découvrir sur LaPresse.ca

La liste:-1:liste; la boite:2512870:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer