Le baptême et la circoncision, c'est du viol. La nourriture cachère, qui permet aux rabbins de s'en mettre plein les poches, finance les opérations guerrières juives et islamistes. Il faudrait interdire aux jeunes filles de porter le voile à l'école. Telles sont quelques-unes des positions passées de Louise Mailloux, candidate péquiste dans Gouin, qui persiste, signe, mais refuse d'en dire davantage.

Mis à jour le 13 mars 2014
Louise Leduc LA PRESSE

Quand La Presse l'a interviewée hier sur ses écrits, Louise Mailloux, auteure de deux ouvrages sur la laïcité, a refusé de revenir là-dessus, répondant simplement en substance à chaque question: «À l'heure actuelle, je suis au Parti québécois pour défendre le projet de laïcité. C'est ça qui m'intéresse.»

Qu'est-ce qu'elle entend par taxe cachère? «À l'heure actuelle, ce qui m'intéresse, c'est de défendre la Charte», a répété Mme Mailloux, ajoutant que la notion de taxe cachère ne figure pas dans la Charte.

Et le baptême, la circoncision, ce sont donc des viols, à son avis? «La laïcité suppose la liberté de conscience, de croire ou de ne pas croire. Ça suppose que les individus devraient pouvoir choisir leur religion.»

Ces rites religieux sont-ils toujours des viols, à son avis? «D'après vous?»

Assume-t-elle toutes ses déclarations passées? «Absolument.»

Elle ne renie rien, mais refuse d'entrer dans les détails. Se disant militante laïque, elle dit que si elle a décidé de faire le saut en politique, c'est pour défendre cette Charte qu'elle espérait depuis des années.