Moins d'une semaine avant les élections municipales, l'Équipe Denis Coderre perd un de ses candidats. Robert Zambito, qui se présentait comme conseiller de ville dans le district de Saint-Léonard-Est, a démissionné.

Hugo Pilon-Larose LA PRESSE

M. Zambito, qui a été élu en 2009 sous la bannière d'Union Montréal, fait l'objet d'une enquête de la Sûreté du Québec pour des allégations de pots-de-vin, affirme Radio-Canada. Aucune accusation n'a été portée. Il siège depuis mai comme indépendant, lorsque le parti s'est sabordé.

Selon le réseau de télévision, M. Zambito aurait contacté à deux reprises entre 2010 et 2011 son collègue au sein d'Union Montréal, Bernard Blanchet, conseiller de ville dans le district de Lachine. Il lui aurait offert de l'argent pour qu'un ami obtienne un prix réduit pour un terrain qu'il désirait acheter à la Ville.

«Je n'ai jamais offert rien à personne. Je n'ai pas d'argent à offrir à personne», s'est défendu M. Zambito, mardi soir, en entrevue téléphonique avec Radio-Canada.

Bernard Blanchet aurait parlé de sa première rencontre avec M. Zambito avec son chef, le maire de Montréal de l'époque, Gérald Tremblay. Ce dernier lui aurait conseillé d'alerter la police, qui a confié le dossier à l'escouade Marteau.

M. Blanchet est aujourd'hui candidat pour la Coalition Montréal de Marcel Côté.

«J'ai dit et répété à plusieurs reprises que c'est tolérance zéro en matière de malversations, qu'elles fassent ou non objet d'accusations. J'ai donc exigé que Robert Zambito retire immédiatement sa candidature et cesse de se réclamer de l'Équipe Denis Coderre pour Montréal», a réagi Denis Coderre, mardi après-midi, par voie de communiqué.

Robert Zambito en était à son septième mandat à l'hôtel de ville. Il était notamment membre de la commission de la sécurité publique à titre de conseiller de ville pour Saint-Léonard-Est.

L'opposition réagit

Cette nouvelle a fait bondir les autres candidats à la mairie, dont certains ont tenu un point de presse, mardi après-midi.

«Denis Coderre a décidé de s'entourer d'anciens élus d'Union Montréal à des fins électoralistes. Il savait qu'il y avait eu par le passé des perquisitions dans certains arrondissements, notamment à Saint-Léonard. Il n'a pas de crédibilité pour s'attaquer au problème de corruption», a affirmé Mélanie Joly.

«On a entendu Denis Coderre se vanter de son fameux filtre. Alors Robert Zambito est passé au travers de ce fameux filtre», a dit le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron.

M. Bergeron se demande aussi pourquoi Bernard Blanchet, «qui était préfet de discipline pour Union Montréal, responsable à ce que tout le monde reste dans les rangs», a-t-il dit, a continué à siéger aux côtés de Robert Zambito après avoir porté plainte à la police. 

Le chef de Projet Montréal suggère qu'il aurait possiblement pris cette décision puisque son salaire de conseiller de la ville avait presque triplé grâce aux fonctions diverses qui lui étaient attribuées par l'administration de Gérald Tremblay.

«L'intégrité n'est pas que d'aller porter plainte à la police, c'est aussi refuser de siéger avec quelqu'un qui a tenté de nous corrompre» a affirmé M. Bergeron.

«Il y a moins de gens d'Union Montréal dans l'équipe de Marcel Côté, mais ceux qui y sont ne sont pas les moindres. C'est la crème de la crème», a-t-il ajouté avec ironie.

Le candidat à la mairie pour la Coalition Montréal, Marcel Côté, a défendu son candidat dans un débat télévisé, mardi soir. 

«Il a tout déclaré aux forces policières, et on lui a dit de ne pas en parler, qu'il y avait une enquête. Il s'en est donc tenu à cela», a-t-il dit.



Deuxième perte

C'est la deuxième fois en un peu plus d'un mois que le parti de l'aspirant maire Denis Coderre perd un de ses candidats.

À la fin du mois de septembre, la formation de M. Coderre avait expulsé Mario Charpentier, qui était candidat dans l'arrondissement d'Outremont.

Le Directeur général des élections du Québec venait alors d'émettre deux constats d'infraction à l'endroit de l'ex-président de la défunte Action démocratique du Québec.

Il reprochait à M. Charpentier d'avoir aidé deux individus à contribuer, en 2008, à l'ADQ au-delà de la limite permise de l'époque, qui était de 3000 $.

- Avec La Presse Canadienne