Regroupés sous le nom de «Les Sans-Chemise», les principales centrales syndicales québécoises et le Conseil national des chômeurs (CNC) ont réclamé dimanche un meilleur accès au régime d'assurance-emploi, une augmentation de la période de prestation, la bonification du taux de prestation et l'établissement d'une caisse réellement autonome.

Rolando Gomes LA PRESSE CANADIENNE

La FTQ, la CSN, le CSQ et le CNC ont profité de la campagne électorale pour faire valoir leur principale revendication au chapitre de l'assurance-emplois aux principaux partis politiques fédérauxSelon le porte-parole du CNC, Pierre Ceré, un critère unique d'admissibilité fixé à 360 heures répondrait davantage aux actuelles réalités du monde du travail. Il a fait valoir que de plus en plus de personnes occupaient des emplois dits précaires, c'est-à-dire à temps partiel, saisonnier ou temporaire.

Actuellement, le nombre d'heures de travail requis pour avoir droit à des prestations régulières, par exemple, varie entre 420 et 700 heures selon le lieu de résidence et le taux de chômage.

M. Céré a aussi réclamé l'augmentation de la période de prestation d'au moins cinq semaines ainsi que du taux de prestations.