La signature du traité de libre-échange Asie-Pacifique par le gouvernement Harper avant l'échéance électorale serait inconstitutionnelle, a suggéré ce matin Thomas Mulcair en se posant comme un défenseur inconditionnel de la gestion de l'offre.

Mis à jour le 1er oct. 2015
Philippe Teisceira-Lessard LA PRESSE

«Jamais le NPD ne va accepter une entente qui compromet la gestion de l'offre parce qu'il s'agit d'un gagne-pain honorable pour des milliers de familles à travers le Canada», a-t-il dit, de passage au Musée d'art contemporain de Montréal.

«Si je commençais à faire de la supputation de toutes les fois où Stephen Harper a fait fi de conventions constitutionnelles, on pourrait être ici pour les 14 prochains jours», a ajouté le chef néodémocrate. «M. Harper n'a pas de mandant à 15 jours des élections pour négocier ça en catimini, mais ça ne l'empêcherait pas [de le faire].»

Par ailleurs, M. Mulcair a affirmé ne pas trop s'inquiéter de la chute de sa formation politique dans les sondages au cours des deux dernières semaines.

«Jamais, à deux semaines d'une élection, le NPD n'a été dans une meilleure position pour former le prochain gouvernement du Canada», a-t-il contre-attaqué, déclenchant une ovation debout de la part d'une assistance acquise d'avance.