Au tour du chef du Bloc québécois de profiter de la campagne électorale pour exiger l'abandon du péage sur le futur pont Champlain.

Publié le 10 sept. 2015
Pierre-André Normandin LA PRESSE

En tournée dans la région de Montréal, Gilles Duceppe s'est engagé à s'assurer que les automobilistes ne paient pas pour emprunter ce lien routier. « [Le premier ministre] Stephen Harper dit que cet ouvrage va être à l'avantage du Canada, alors pourquoi ce ne seraient pas tous les Canadiens qui paieraient ? », demande Gilles Duceppe.

Le chef bloquiste ajoute que les coûts de construction sont gonflés par le fait qu'il doit enjamber la Voie maritime. « Or la Voie maritime, c'est à Ottawa que ça rapporte », souligne Gilles Duceppe. Il ajoute que la construction du pont Champlain et l'ouverture de la Voie maritime ont contribué à la disparition d'une partie de l'industrie manufacturière de Montréal, qui longeait le canal Lachine, ce pour quoi le Québec n'a jamais été dédommagé, dit-il.