Denis Poitras, qui défendait la majorité des manifestants arrêtés pendant la grève étudiante du printemps 2012, n'est plus avocat depuis mercredi matin.

Philippe Teisceira-Lessard LA PRESSE

Il a enregistré une faillite personnelle dans les derniers jours, ce qui le disqualifie automatiquement du titre d'avocat. Denis Poitras devait 287 000$ à Revenu Québec et ne s'était pas correctement acquitté de «ses obligations fiscales depuis le 17 septembre 1998», selon l'agence gouvernementale.

En entrevue avec La Presse, M. Poitras a dit qu'il se battrait pour regagner son droit de pratique une fois sa faillite réglée. Ce processus pourrait toutefois prendre plusieurs mois, a-t-il lui-même admis. Il ne pourra donc défendre ses clients dont le procès est imminent.

«Avec le type de pratique que j'ai, je n'ai jamais d'énormes revenus. Je n'ai jamais été à l'argent, a affirmé M. Poitras. Le problème, c'est que ça en prend un minimum pour payer nos affaires.»

L'ex-avocat a indiqué avoir transmis une liste de 1702 clients actifs au Barreau du Québec, comme l'exige la loi en cas de radiation. Mais il estime qu'au moins deux fois plus de personnes auraient pu se joindre aux contestations qu'il a lancées. 

Au total, il s'attendait à réunir les individus arrêtés pendant la grève étudiante en 32 groupes distincts pour contester les accusations qui pèsent contre eux.

Depuis plusieurs années, beaucoup de manifestants s'inscrivent le numéro de téléphone de Denis Poitras sur l'avant-bras lorsqu'ils prennent les rues d'assaut. Ils savent ainsi qui contacter en cas d'arrestation.

«Artisan de son propre malheur»

Mercredi, Denis Poitras a été forcé de déclarer faillite par Revenu Québec, à qui il devait plusieurs dizaines de milliers de dollars : 65 000$ en TPS, 74 000$ en TVQ et 148 000$ en impôts impayés.

Il «n'a pas produit de déclaration de revenus depuis 2008» et «n'a jamais, depuis 1994, produit de façon spontanée les déclarations fiscales requises par la loi», selon une requête déposée pas le fisc devant les tribunaux.

«En fait, [M. Poitras] est l'artisan de son propre malheur», a conclu Revenu Québec dans son document. L'organisation ne lui reconnait «aucun actif de valeur significative» qu'il pourrait utiliser pour la rembourser.

Le fisc estime aussi que l'ex-avocat lui a «offert peu de collaboration» en ce qui a trait au remboursement de ses dettes.

Des maigres revenus

M. Poitras assumait la majorité de ses dossiers de façon gratuite. 

«On a des manifestations avec 150 arrestations, il y avait environ 15 mandats d'aide juridique là-dedans. Tout le reste c'est pro bono [sans frais]», a-t-il exposé. 

«Quand les jeunes commencent à travailler à temps partiel au salaire minimum, ils n'ont pas les moyens de payer 175$ de l'heure ou quoi que ce soit.» Selon lui, beaucoup n'ont pas non plus accès à l'aide juridique parce qu'ils gagnent un peu trop d'argent. Une personne seule empochant annuellement plus de 13 900 $ est exclue du programme gratuit de l'aide juridique. 

- Avec Judith Lachapelle