Quelques minutes après sa nomination, Michelle Courchesne a convoqué les leaders de la FEUQ, la FECQ, la CLASSE et la TaCEQ à une rencontre mardi à 18h à Québec. Ils ont accepté de la rencontrer.

Mis à jour le 14 mai 2012
Paul Journet LA PRESSE

«Une autre (rencontre) aura lieu avec les représentants des universités et des collèges, également pour faire le point», avait annoncé le premier ministre Charest en fin d'après-midi.

«Je crois quand même qu'il faille se retrouver demain et continuer d'échanger (...), faire les constats, mais je vous le dis tout de suite: je ferai un rapport complet très rapidement au gouvernement», a ajouté Mme Courchesne.

Dans l'espoir de régler la crise étudiante qui dure depuis maintenant 14 semaines, M. Charest a ramené aujourd'hui au ministère de l'Éducation la présidente du Conseil du Trésor, Michelle Courchesne.

Plus tôt cet après-midi, Line Beauchamp a démissionné de ce poste. Elle a également démissionné de son poste de vice-première ministre et députée de Bourassa.

C'est la deuxième vice-première ministre que perd le gouvernement Charest en seulement huit mois. Mme Courchesne ajoute le rôle de vice-première ministre et de ministre de l'Éducation aux fonctions qu'elle occupe déjà.

Elle avait été ministre de l'Éducation du 18 avril 2007 au 10 août 2010.

Mme Courchesne avait participé au marathon de négociations des 4 et 5 mai à Québec avec la ministre démissionnaire, Line Beauchamp, et le ministre délégué aux Finances, Alain Paquet.

Mme Courchesne, députée de Fabre, a été élue pour la première fois en avril 2003. Elle possède un baccalauréat en sociologie et une maîtrise en urbanisme. Avant de se lancer en politique active, elle a été sous-ministre au ministère de la Culture et des Communications.

Depuis son élection, elle a été ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, ministre des Relations avec les citoyens et del'Immigration puis ministre de la Famille.

L'automne dernier, le vérificateur général a blâmé sa gestion des garderies. Elle aurait «laissé une grande place à la subjectivité» dans l'attribution des permis.