Pierre Bibeau, l'organisateur politique et vice-président de Loto-Québec, à qui Lino Zambito affirme avoir versé 30 000 $ pour financer le Parti libéral de Québec est mis de côté par son employeur.

Mis à jour le 17 oct. 2012
Philippe Teisceira-Lessard LA PRESSE

Il était numéro 2 au sein de la société d'État et était responsable de ses communications.

«Compte tenu que la nature des fonctions de M. Bibeau touche à l'image publique de la société et les relations externes [...] le président et chef de la direction, Gérard Bibeau, et le conseil d'administration, annoncent qu'il a été décidé de l'affecter temporairement à d'autres tâches», a indiqué Loto-Québec par voie de communiqué, ce matin. M. Bibeau se penchera notamment sur les communications internes de la société d'État. Il serait d'accord avec ce changement de tâches.

Éclaboussé

Plus tôt cette semaine, le témoin-vedette de la Commission Charbonneau a relaté s'être rendu dans les bureaux montréalais de Loto-Québec afin de remettre 30 000 $ à Pierre Bibeau en argent comptant, afin de contribuer à une activité de financement pour l'ex-ministre Line Beauchamp. La rencontre aurait duré environ 10 minutes, selon M. Zambito.

Pierre Bibeau s'est vivement défendu d'avoir posé les gestes que lui attribue le témoin-vedette de la commission Charbonneau.

«Ce dernier, comme tout citoyen, bénéficie de la présomption d'innocence», a rappelé Loto-Québec dans son communiqué.

L'intérim à la première vice-présidence Affaires publiques et communications corporatives sera assuré par Marcel Croux.

Pauline Marois est intervenue

De son côté, la première ministre Pauline Marois a laissé entendre qu'elle est intervenue pour que M. Bibeau soit muté à d'autres fonctions. « Je vais vous dire ce que j'ai fait. Je me suis enquis auprès du Secrétaire général (NDLR Jean St-Gelais, patron de tous les fonctionnaires) de la façon dont nous devions traiter une telle situation. Et en ce moment même, je crois, le conseil d'administration de Loto-Québec annonce qu'il va muter M. Bibeau à un poste à l'interne où il ne sera plus en situation d'autorité, de responsabilité, jusqu'à ce que cette question soit clarifiée », a-t-elle affirmé à Paris, lors d'une conférence de presse où elle dressait le bilan de sa visite de trois jours.

- Avec Tommy Chouinard