Source ID:; App Source:

Des entrepreneurs dans l'antre de la mafia

Linda Féquière... (Image vidéo)

Agrandir

Linda Féquière

Image vidéo

Bruno Bisson
La Presse

Un policier de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a révélé hier qu'au moins six entrepreneurs en construction de la grande région de Montréal, dont Francesco Catania et Domenico Arcuri, ont été observés entrant au café du club social Cosenza, rue Jarry, où l'état-major de la mafia sicilienne de Montréal tenait ses quartiers jusqu'en 2006.

Joseph Pistone: la mafia attirée par les millions

Le caporal Vinicio Sebastiano, qui a travaillé à la traduction de dizaines de milliers de conversations et d'enregistrements vidéo réalisés par la GRC dans le cadre de la plus grande enquête antimafia du Canada, le projet Colisée, a de plus indiqué que d'autres entrepreneurs pourraient figurer sur la liste des 135 personnes qui ont été vues entrant au café Cosenza et dont les activités précises n'ont jamais été documentées.

Devant la Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction, présidée par la juge France Charbonneau, M. Sebastiano a fait le bilan de l'opération policière qui a permis l'arrestation de 90 membres et associés de la mafia sicilienne, dont les têtes dirigeantes du clan des Rizzuto.

Le projet Colisée visait les dirigeants de la mafia, et plus précisément Vito et Nicolo Rizzuto Sr, leur proche conseiller, Paolo Renda, ainsi que Rocco Sollecito, Francesco Arcadi, Lorenzo Giardino et Francesco Del Balso. Pour ce faire, des micros et caméras ont été installés au café Cosenza, lieu de rencontre des hauts dirigeants, et au café Laennec, point de rendez-vous de leurs lieutenants et soldats.

En quatre ans, plus de 35 000 heures de vidéo ont été enregistrées et 1,8 million de conversations orales, dans 14 langues, ont été interceptées. Elles ont permis de documenter la preuve pour déposer un total de 1340 accusations criminelles contre le clan sicilien.

Pas une cible

Mais l'industrie de la construction au Québec, de 2001 à 2006, n'était pas la cible de la GRC, a expliqué hier le caporal Vinicio Sebastiano. En raison de la tâche colossale que représente l'écoute et la traduction des vidéos et des conversations, les enquêteurs de la GRC n'ont pas prêté attention aux centaines de passages au Cosenza par des entrepreneurs «connus» de Montréal.

Parmi eux, Francesco Catania, fondateur de Construction F. Catania, est allé 19 fois au café Cosenza, où le patriarche de la famille, Nicolo Rizzuto, se trouvait presque tous les jours. En 2005, cinq des dirigeants du clan Rizzuto se seraient même cotisés pour lui offrir un cadeau de retraite. Son fils Paolo a été arrêté en mai dernier pour complot dans l'achat des terrains du Faubourg Contrecoeur à la Ville de Montréal.

Les entreprises de la famille Catania ont obtenu plus de 130 millions en contrats de la Ville de Montréal entre 2005 et 2009.

En plus de Domenico Arcuri, Tony Magi et Nicola Milioto, Accursio Sciascia aurait été vu au Cosenza à

37 reprises, en 2006.

La présence de Michel Argento, président de Paramount Paving, entreprise de Vaudreuil-Dorion, a aussi été enregistrée à cinq reprises au Cosenza, entre 2004 et 2006.

Les audiences de la Commission se poursuivent aujourd'hui avec la diffusion de vidéos captées par la GRC.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer