(Ottawa) L’initiative annoncée en avril par le gouvernement fédéral pour fournir à des Ukrainiens fuyant la guerre des vols gratuits vers le Canada n’a jusqu’à présent permis qu’à 800 personnes de s’inscrire pour en bénéficier, soit une mince fraction des 10 000 billets promis.

Mis à jour le 5 août
Émilie Bergeron La Presse Canadienne

Une première tranche d’inscription pour ces vols payés au moyen de dons en points Aéroplan a été lancée en juin pour 500 Ukrainiens. Depuis, l’organisation chargée de la logistique du programme, Miles4Migrants, n’a ouvert l’inscription qu’à 300 personnes supplémentaires, un peu plus tôt cette semaine. Parmi les 500 Ukrainiens inscrits dans la première ronde de 500 places, 385 ont pu réserver leur vol, a précisé l’organisme caritatif à La Presse Canadienne.

Miles4Migrants a indiqué qu’il prévoit rendre disponibles 300 nouveaux billets chaque deux semaines et qu’il compte garder cette cadence à court terme. Appelé à indiquer à quelle date il a l’intention d’ouvrir les inscriptions à un plus grand nombre de personnes, l’organisme n’a pas répondu.

« Nous croyons que de rendre disponibles 300 billets chaque deux semaines nous permettra d’offrir la meilleure expérience aux passagers, en nous basant sur nos ressources existantes », a justifié le cofondateur de l’organisation, Andy Freedman, dans une déclaration écrite.

« Nous espérons augmenter ce nombre à l’avenir en fonction de facteurs tels que la fin de la saison estivale de voyages, l’augmentation de la disponibilité de vols et une documentation de voyage appropriée pour les passagers », a-t-il ajouté.

Questionné sur le fait que seules 300 personnes peuvent s’inscrire chaque deux semaines plutôt que 500 dans la première ronde survenue en juin, Miles4Migrants a répondu avoir revu le nombre à la baisse après avoir « beaucoup appris sur le processus opérationnel et les efforts requis pour gérer la réservation de vols de [chacun] individuellement ».

Interpellé pour savoir si le gouvernement Trudeau est satisfait du rythme auquel des billets d’avion gratuits sont rendus disponibles, le bureau du ministre de l’Immigration, Sean Fraser, a contourné la question.

« [Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada] est reconnaissant de ce partenariat et de cette initiative innovante visant à soutenir les personnes qui fuient la guerre en Ukraine. Nous nous réjouissons de poursuivre ce travail important en continuant à accueillir certains des plus vulnérables du monde », s’est contentée de déclarer l’attachée de presse de M. Fraser, Aidan Strickland.

Le ministre n’était pas disponible pour accorder une entrevue à La Presse Canadienne vendredi.

Aux yeux des conservateurs, il est clair que le gouvernement a échoué à venir en aide aux Ukrainiens avec ce partenariat avec Air Canada, Miles4Migrants et d’autres organismes caritatifs tels que la Fondation Shapiro.

« Le gouvernement libéral n’a pas appris de ses échecs en Afghanistan et continue de laisser nos alliés ukrainiens qui fuient la violence attendre dans les limbes pendant des mois », a réagi par écrit leur porte-parole en matière d’immigration, Jasraj Singh Hallan.

Le porte-parole bloquiste sur ces questions, Alexis Brunelle-Duceppe, y voit aussi « un échec ». Il reproche à Ottawa de se vanter de cette initiative qu’il a annoncée « en grande pompe » tout en n’assumant aucun rôle dans la gestion du programme pour en assurer l’efficacité. « À un moment donné, il faut prendre ses responsabilités et on ne peut pas juste être dans l’image. Ça prend des résultats. Et présentement ce que je vois, c’est qu’il n’y a pas de résultats et qu’il y a beaucoup d’image », a commenté le député en entrevue.

Même son de cloche du côté de la néo-démocrate Heather McPherson, qui souhaite aussi que le gouvernement s’implique dans la logistique du programme. « Ça laisse l’impression d’un autre exemple [démontrant] que ce gouvernement veut faire des annonces tape-à-l’œil sans faire le travail nécessaire. »

Le but de l’initiative présentée par Ottawa en avril est de financer, au moyen d’une collecte de fonds en points Aéroplan et en argent, le transport en avion de 10 000 Ukrainiens souhaitant gagner le Canada.

Seuls les ressortissants ukrainiens qui ont déjà en main un permis de séjour au Canada, comme en vertu de l’Autorisation de voyage d’urgence Canada-Ukraine (AVUCU), sont admissibles.

L’AVUCU offre une résidence temporaire de trois ans au Canada à des Ukrainiens et aux membres de leur famille immédiate. Selon les plus récentes données publiées par le gouvernement fédéral, 276 338 personnes ont reçu un permis de séjour en vertu de ce programme.

Toujours selon les statistiques d’Ottawa, un peu plus de 67 600 Ukrainiens sont arrivés au Canada depuis janvier dernier. Ils ont pu se rendre par leurs propres moyens tandis qu’approximativement 900 ressortissants ont pu monter à bord de trois vols nolisés par le gouvernement de Justin Trudeau.