À l’aube de la campagne électorale, des voix s’élèvent pour rappeler aux candidats des différents partis politiques de protéger les plus vulnérables, particulièrement dans les résidences pour aînés, où certains ont été vus en train de côtoyer des personnes âgées sans masque dans les derniers jours.

Publié le 27 juillet
Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

« J’ai vu plusieurs photos de députés et candidats aux élections en visite dans des RPA depuis quelques semaines, souvent sans masque. J’en suis à chaque fois sidéré. Avec le nombre très élevé de personnes qu’ils rencontrent, ils sont à risque très élevé d’être infectés », a dénoncé mercredi le médecin à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal, le DDavid Lussier.

Son tweet, repartagé à des dizaines de reprises, était accompagné de photos de la députée caquiste de Marie-Victorin Shirley Dorismond, élue en avril lors d’une partielle, et de la députée libérale dans Verdun Isabelle Melançon. On y voit les deux femmes en contact rapproché avec des aînées, sans porter un couvre-visage.

Des critiques avaient d’ailleurs aussi fusé ce printemps, durant la partielle de Marie-Victorin, contre Mme Dorismond, qui avait là encore été vue dans une résidence privée pour aînés (RPA) sans masque. « Vous devriez être bien placée pour comprendre que votre visite non essentielle dans un RPA en pleine sixième vague met à risque les personnes qui y vivent. Vous devriez donner l’exemple », lui avait lancé la professeure à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, Nathalie Grandvaux.

À ce jour, les consignes gouvernementales en vigueur indiquent que le masque demeure obligatoire dans les hôpitaux et les CHSLD pour les visiteurs, mais ne l’est plus dans les RPA, où chaque établissement peut dicter sa propre politique.

Néanmoins, le DLussier a un message pour les candidats et candidates aux élections : « portez un masque dans les RPA ou quand vous rencontrez des groupes d’aînés ». « Ce n’est pas un signe de faiblesse. C’est un signe de respect et de bienveillance pour vos électeurs. Vous ne voulez certainement pas être la source d’une éclosion », a-t-il insisté.

Il propose d’ailleurs « que tous les partis s’entendent pour que leurs candidats portent un masque dans tous les rassemblements intérieurs », afin de « donner l’exemple », mais aussi « pour s’assurer de pouvoir mener la campagne électorale sans interruption » due à la COVID-19.

Un geste minimal

Visée, la libérale Isabelle Melançon n’a pas tardé à réagir sur les réseaux sociaux, mercredi. Vous avez tout à fait raison. Je me suis d’ailleurs fait cette réflexion hier et j’ai pris la décision de mettre un masque pour mes prochaines visites. On doit rester prudents », a-t-elle écrit au médecin.

Pour le virologue et professeur au Département des sciences biologiques de l’UQAM, Benoit Barbeau, porter le masque dans tout établissement de santé doit demeurer la norme. « Minimalement, je crois que ça serait le geste à poser. Et surtout venant d’élus, ça serait bienvenue de leur part, car ils se promènent souvent d’une résidence à l’autre », a-t-il évoqué.

« Je suis persuadé que les élus surveillent leurs symptômes et leur état de santé, mais ça reste que ce n’est pas une bonne idée de se trimbaler sans masque d’un endroit comme ça à l’autre. On est quand même encore dans une vague, même si on l’espère contrôlée. Il faut y aller avec plus de prudence qu’autrement », renchérit M. Barbeau.

La Coalition avenir Québec (CAQ) a soutenu mercredi qu’il était « déjà prévu que nos candidats portent le masque en présence de personnes vulnérables dans les résidences de personnes âgées ». « Le virus circule toujours et nous devons opter pour la plus grande prudence », a insisté l’attachée de presse, Nadia Talbot.

Chez Québec solidaire, on indique que par mesure préventive, toutes les activités intérieures qui étaient prévues dans le cadre de la tournée estivale ont été déplacées à l’extérieur. « Nous avons également envoyé un message à nos candidats et candidates pour leur demander de faire preuve de prudence dans leurs activités et de les tenir à l’extérieur », a soulevé l’attachée de presse, Sandrine Bourque.

« Nos candidats savent qu’ils doivent faire attention aux personnes vulnérables. Nous avons envoyé quand même un avis interne en leur demandant de prendre toutes les précautions en portant le masque dans les RPA », a enfin soutenu l’attachée de presse au Parti québécois, Anne-Sophie Desprez.

En savoir plus

  • 34
    Au cours des deux dernières semaines, le Québec a recensé 34 décès liés à la COVID-19 dans les RPA, 26 dans les CHSLD et cinq dans les ressources intermédiaires et de type familial (RI-RTF). La grande majorité des décès chez les aînés, soit 106 d’entre eux, sont toutefois survenus à domicile.
    ministère de la santé et des services sociaux (MSSS)