Les villes de l’est de la couronne nord ont absolument besoin que le futur REM de l’Est se prolonge jusque chez elles pour pallier le déficit de transport collectif dans leur secteur. C’est ce qu’elles ont l’intention de mettre de l’avant au cours du forum sur la mobilité qui aura lieu à Repentigny ce lundi.

Publié le 30 mai
Isabelle Ducas
Isabelle Ducas La Presse

Cette demande a la faveur de la population, selon un sondage Léger commandé par les villes de la région en prévision de leur forum : 69 % des 500 répondants vivant dans 7 municipalités du secteur estiment que le prolongement du REM serait une solution efficace pour améliorer la circulation dans la région.

De plus, 68 % croient qu’il faut augmenter l’offre de transports en commun vers Montréal.

Selon le maire de Repentigny, Nicolas Dufour, ces résultats montrent que la population est prête à délaisser l’auto solo si on lui offre des solutions de rechange intéressantes et efficaces.

Les citoyens sont partants pour les transports en commun, mais disent qu’on n’a pas actuellement l’offre nécessaire pour qu’ils embarquent.

Nicolas Dufour, maire de Repentigny

Depuis que le gouvernement du Québec a retiré le projet du REM de l’Est des mains de CDPQ Infra et a évoqué un prolongement des deux branches du futur train vers Laval et vers Lanaudière, les maires de la MRC Les Moulins et de la MRC de L’Assomption peuvent se montrer optimistes, selon M. Dufour.

« Le gouvernement a confirmé son intérêt pour un prolongement jusque dans notre région. Le premier ministre [François Legault] et Mme [Valérie] Plante [mairesse de Montréal] ont dit qu’ils étaient impatients et je les crois. Nous aussi, on est impatients, parce que ça fait beaucoup trop longtemps que les citoyens perdent leur temps dans le trafic », dit le maire de Repentigny,

« Que le premier ministre s’engage, surtout à la veille d’une élection, à réaliser ce projet, ça nous permet de voir la lumière au bout du tunnel. »

Une ligne de train perturbée

Rappelons que le « train de l’Est » de la société exo, qui relie Mascouche et Montréal, en passant par Terrebonne et Repentigny, a vu son trajet perturbé par les travaux du REM de l’Ouest : comme il ne peut plus emprunter le tunnel sous le mont Royal, le train fait maintenant un détour de 30 minutes. Avec en plus les conséquences de la pandémie, l’achalandage de la ligne de train s’est effondré.

Parmi les autres demandes que les villes de la région feront au gouvernement du Québec à l’occasion du forum de lundi : l’implantation de voies réservées pour les transports en commun sur l’autoroute 25, entre la couronne nord et Montréal, ainsi que le réaménagement de l’intersection des autoroutes 40 et 640.

« Il y a 97 % des citoyens qui sont d’avis qu’il y a des problèmes de congestion entre nos municipalités et Montréal, c’est difficile de faire plus unanime que ça ! », souligne Nicolas Dufour.

En savoir plus

  • 7 %
    Proportion de la population de Repentigny qui utilise les transports en commun, alors que l’objectif fixé par la Communauté métropolitaine de Montréal est de 33 % d’ici 2030
    SOURCE : VILLE DE REPENTIGNY