Des milliers de kilos de miel et de litres d’huile de même que des dizaines de kilos d’épices frelatés ont été interceptés au Canada l’an dernier, révèle un nouveau rapport de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA). Et ce n’est qu’un petit échantillon de la fraude alimentaire détectée ailleurs dans le monde.

Publié le 23 mai
Ariane Krol
Ariane Krol La Presse

5 catégories d’aliments

L’ACIA surveille cinq catégories d’aliments particulièrement susceptibles de fraude : le miel, les poissons, l’huile d’olive, les huiles à prix élevé (noix de coco, sésame, pépins de raisin, avocat, etc.) et les épices.

Miel

11,5 % des échantillons jugés insatisfaisants (21/182)

Fraude : présence de sucres étrangers (sucres dérivés de la canne à sucre, sirops de maïs ou de riz), détectée plus fréquemment dans le miel en vrac ou destiné à la transformation (26 % des échantillons) que dans celui vendu au détail (5 %).

Menu détail : sur 21 échantillons falsifiés, 5 seulement étaient canadiens. Les autres étaient importés (Égypte, Allemagne, Grèce, Inde, Taïwan, mélanges Australie-Brésil, Bulgarie-Grèce et Inde-Canada).

Poisson

8,8 % des échantillons jugés insatisfaisants (9/102)

Fraude : substitution d’espèces (espèces moins coûteuses affichées comme espèces à forte valeur ajoutée) et étiquetage trompeur.

Menu détail : fausse déclaration de sole, de morue de l’Atlantique, de sabre, de flétan, de goberge, de bar commun, de vivaneau et de vivaneau sauvage du Pacifique.

Huile d’olive

12,2 % des échantillons jugés insatisfaisants (6/49)

Fraude : huile d’olive de valeur supérieure remplacée, ou diluée, par une huile végétale moins chère, une huile d’olive raffinée ou une huile d’olive vierge de qualité inférieure.

Menu détail : un mélange d’huiles de Grèce, d’Italie et d’Espagne figurait parmi les produits problématiques. Les autres arrivaient de l’Italie, du Liban, de l’Espagne ou de la Syrie.

Autres huiles à prix élevé

33,8 % des échantillons jugés insatisfaisants (22/65)

Fraude : huiles de grande valeur remplacées ou diluées par des huiles moins chères, ou huiles vierges et pressées à froid diluées avec des huiles du même type, mais raffinées.

Menu détail : sept variétés d’huile fautives (noix de coco, sésame, pépins de raisin, amande, lin, avocat, noisette).

Épices

7,1 % des échantillons jugés insatisfaisants (9/127)

Fraude : épices de grande valeur mélangées avec des ingrédients non autorisés, par exemple des colorants et des agents de remplissage, dont certains allergènes (écailles d’arachides, farine de blé, etc.).

Menu détail : un colorant non déclaré a été détecté dans un échantillon de cannelle. Un « allergène de noix potentiel » a aussi été décelé dans huit échantillons de cumin, mais en faible concentration, indiquant plutôt « une contamination croisée qu’une falsification ou une substitution intentionnelle », souligne l’ACIA.

560 000 $

Total des amendes infligées en 2020-2021, pour trois cas d’information trompeuse détectés au cours des années précédentes (huile d’olive prétendument extravierge, poisson ayant été congelé vendu comme « frais », viande « certifiée biologique » provenant de bœufs n’ayant pas été élevés en régie biologique). Un quatrième avis d’accusation, concernant un homard vendu comme étant américain, n’a pas encore été tranché par le tribunal.

Fléau mondial

La plus récente opération OPSON, impliquant plus de 70 pays, a entraîné la perturbation de 42 réseaux criminels, 663 mandats d’arrêt et l’élimination de 15 000 tonnes de produits, ont indiqué Europol et Interpol dans un communiqué commun. Des bivalves impropres à la consommation humaine, du whisky additionné de colorant et des vins contrefaits ont notamment été interceptés grâce à ce coup de filet, baptisé OPSON-X, entre décembre 2020 et juin 2021. Le Canada a participé à une opération OPSON pour la première fois l’année précédente (OPSON-IX), lors de laquelle il s’est distingué par deux saisies de miel totalisant plus de 14 tonnes.

Grave danger

La fraude alimentaire n’est pas seulement dommageable pour le portefeuille du consommateur, elle peut être carrément dangereuse pour sa santé. Du thé contenant des pesticides, du riz périmé, des produits laitiers avariés ou contaminés à E. coli, de la viande provenant de sites d’abattage ou de transformation illégaux exploités dans des conditions d’hygiène douteuse ont été saisis par l’opération OPSON un peu partout dans le monde.

Victimes multiples

La fraude alimentaire est une tactique qui trompe les consommateurs et qui est injuste pour nos productrices et producteurs agricoles et agroalimentaires.

Marie-Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire

24,4 millions de dollars

Effort fédéral pour combattre la fraude alimentaire (fourni à l’ACIA pour cinq ans, à partir de juin 2019)

Voyez comment signaler un aliment suspect
Explorez le Rapport annuel sur la fraude alimentaire de 2020 à 2021
Consultez le plus récent rapport détaillé d’OPSON (en anglais)

Sources : Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), Europol