(Sainte-Anne-de-Bellevue) Gobelets de café, bouteilles d’eau, masques jetables… En fondant, la neige a laissé apparaître les tonnes de déchets abandonnés par des automobilistes pendant l’hiver le long des routes du Québec. La Presse a accompagné une équipe du ministère des Transports lors de la grande opération de nettoyage printanière qui est actuellement en branle. Nous y avons fait des découvertes surprenantes et dégoûtantes.

« Ici, c’est quand même propre », déclare Mathieu Hochwald-Pagé, en bordure de l’autoroute 20, à Sainte-Anne-de-Bellevue, où traînent toutes sortes de détritus comme des emballages de tablettes de chocolat, des canettes de boisson énergétique, des vêtements, énormément de mégots de cigarettes et de morceaux de styromousse. « C’est l’un des plus beaux tronçons dans la région de Montréal », dit-il pourtant.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Le secteur de la 20, à Sainte-Anne-de-Bellevue, est l’un des plus propres de la région de Montréal, affirme Mathieu Hochwald-Pagé. Tout est relatif !

Depuis le début de l’opération de nettoyage le 8 avril, Mathieu Hochwald-Pagé, propriétaire de l’entreprise Tom Industries, et ses collègues ont amassé 500 grands sacs à ordures sur le tronçon montréalais de l’autoroute 40. L’enlèvement des rebuts le long de la Transcanadienne a pris 5 jours et mobilisé 15 employés.

« On trouve beaucoup trop de bouteilles d’eau. Des bouteilles Naya et Eska, il y en a des centaines. Les gens devraient traîner des bouteilles réutilisables », souligne-t-il, sa voix se mêlant au bruit des véhicules qui roulent à 100 km/h, à côté de nous.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

L’un des objets dont les automobilistes se débarrassent le plus sur la route : les bouteilles d’eau en plastique. « Les gens devraient traîner des bouteilles réutilisables », dit Mathieu Hochwald-Pagé.

Tom Industries a remporté pour la deuxième année de suite un appel d’offres du ministère des Transports du Québec (MTQ) pour l’entretien des bordures de certaines autoroutes et routes de la province. Le contrat inclut aussi la coupe d’herbe pendant l’été.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Sur 800 mètres, La Presse et les trois travailleurs sont tombés sur cinq cannettes de bières ou de cocktails alcoolisés. « On en trouve beaucoup trop », affirme Mathieu Hochwald-Pagé.

À ses débuts l’année dernière, Mathieu Hochwald-Pagé a été surpris par le nombre de contenants d’alcool qu’il a découverts le long des routes.

On trouve beaucoup trop de bouteilles d’alcool. Beaucoup trop ! Des bières, des bouteilles d’alcool fort. Il y a encore du monde qui boit au volant. Je savais que ça existait, mais je n’aurais jamais pensé autant.

Mathieu Hochwald-Pagé, propriétaire de l’entreprise Tom Industries

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

C’est la deuxième année que Mathieu Hochwald-Pagé et son entreprise Tom Industries remportent un des appels d’offres du ministère des Transports du Québec pour l’entretien des bordures d’autoroute. Le contrat inclut également la coupe du gazon, en été.

Les propos de Mathieu Hochwald-Pagé se confirment le long de l’autoroute 20, dans l’ouest de Montréal. En quelque 800 mètres, La Presse et les travailleurs tombent sur cinq canettes éparpillées de Budweiser, de Black Label et de cocktails alcoolisés.

Des dollars dans les fossés

La quantité de déchets est tellement grande que les travailleurs les ramassent à la main. Ils n’utilisent pas de pics ou de pinces à ordures. « On fait des squats toute la journée. On en fait des centaines et peut-être même 1000 par jour », souligne Émile Tremblay, qui est vêtu d’une veste de sécurité orange, d’un casque et de gants. En un quart de travail de 12 heures, ses collègues et lui parcourent environ 8 km chacun, à pied.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Émile Tremblay et ses collègues sont particulièrement en forme. Ils effectuent des centaines de squats et marchent des dizaines de kilomètres chaque jour dans le cadre de leurs fonctions.

Souvent, ils trouvent des objets inusités comme des jouets pour enfants… et des jouets pour adultes. Des vêtements et des sous-vêtements.

Ils font aussi des découvertes désagréables comme des préservatifs ou des bouteilles remplies d’urine. Deux de ces contenants pleins de liquide jaune douteux sont d’ailleurs ramassés lors du passage de La Presse, sur la 20.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Une bouteille de plastique est remplie d’un liquide jaunâtre qui a toutes les apparences d’urine.

« Ce sont des camionneurs, c’est sûr », avance Justin Lambert, le troisième travailleur du trio. Mais les comparses n’arrivent jamais réellement à savoir comment des objets – comme des sandales ou un soutien-gorge – ont pu se retrouver sur l’accotement des voies rapides.

Sarah Bensadoun, porte-parole du MTQ qui nous accompagne, tombe quant à elle sur un iPhone cassé en deux. La carte SIM s’y trouve encore.

« C’est un criminel qui voulait s’en débarrasser », avance notre journaliste. « Ou quelqu’un qui l’a échappé en voulant faire un selfie par sa fenêtre », propose notre photographe. « C’est peut-être tombé de la poche d’un motocycliste », émet Justin Lambert. Ou le téléphone a été oublié sur le toit d’un véhicule et est tombé sur l’autoroute.

Le mystère plane encore une fois.

« Étonnamment, il y a aussi beaucoup d’argent, affirme Mathieu Hochwald-Pagé. L’année passée, j’ai trouvé environ 400 $ d’argent comptant. Et hier, j’ai trois employés qui ont trouvé des billets de 50 $. »

On ne ramasse quand même pas 10 000 $ par été, mais il y a peut-être un millier de dollars qui traînent sur les autoroutes chaque année.

Mathieu Hochwald-Pagé, propriétaire de l’entreprise Tom Industries

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Justin Lambert a trouvé quelques billets de 5 $ et de 10 $, l’été dernier. Certains de ses collègues ont trouvé des billets de 50 $.

« C’est de l’argent jeté par les fenêtres », poursuit Justin Lambert. Littéralement.

Automobilistes et environnement

Mathieu Hochwald-Pagé et ses collègues doivent ramasser le plus de déchets possible avant de commencer la tonte du gazon. C’est que les débris peuvent s’enrouler dans les lames des tondeuses ou les casser. L’herbe doit absolument être fauchée afin que les bornes de kilométrage soient visibles et que les virages soient sécuritaires, précise Sarah Bensadoun, du MTQ.

« Ça n’est vraiment pas impressionnant », dit Mathieu Hochwald-Pagé au sujet des automobilistes qui se débarrassent de leurs déchets dans la nature. « Je ne comprends pas ce genre de comportement. »

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Comme chaque année au printemps, la neige a laissé place à des tonnes de déchets sur les bordures de routes.

« Il y a encore beaucoup de travail à faire auprès des conducteurs sur le respect de l’environnement, convient Sarah Bensadoun. Pour certains, c’est acquis que l’on doit garder ses déchets dans la voiture jusqu’à ce qu’on arrive à une poubelle. Mais pour d’autres… », s’interrompt-elle, découragée.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Les masques médicaux, un nouveau déchet qu’on trouve un peu partout, pas seulement en bordure des autoroutes

Justin Lambert est lui aussi dégoûté par le comportement de certains automobilistes. « C’est important de garder les autoroutes propres. Tu ne pitcherais pas des vidanges sur ton terrain, parce que tu veux que ça soit beau. C’est la même affaire avec les autoroutes. »

Gros débris et carcasses d’animaux

Les déménagements du 1er juillet apportent un lot d’objets encombrants sur les autoroutes de la province. « On trouve des trucs comme des matelas, des barbecues, des meubles, des frigos et de grosses pièces qui nous font nous demander : “Mais comment la personne a pu ignorer qu’un chargement aussi lourd était tombé de son véhicule ?” », raconte Sarah Bensadoun, porte-parole du ministère des Transports du Québec. Ce sont des employés du Ministère qui s’occupent d’enlever ces objets encombrants sur les autoroutes et routes provinciales. Pour ce qui est des carcasses d’animaux happés, ce sont plutôt des entreprises privées qui les enlèvent de la chaussée. « Ce sont des équipes spécialisées, car il y a des exigences environnementales à respecter dans le cas d’animaux », précise Mme Bensadoun.

En savoir plus

  • 33
    Nombre de contrats accordés à des entreprises pour l’entretien et la coupe de gazon en bordure des autoroutes, au Québec
    MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU QUÉBEC