Une personne aurait affirmé dans une publication sur les réseaux sociaux qu’elle se présenterait armée à l’école secondaire Cavelier-De LaSalle, à Montréal, ce lundi. L’établissement scolaire demeurera malgré tout ouvert, mais doté d’une présence policière accrue. Une mesure qui divise les parents des élèves.

Publié le 13 déc. 2021
Coralie Laplante
Coralie Laplante La Presse

« Mon enfant n’ira pas à l’école [ce lundi] puisque la situation ne semble pas clairement élucidée », a dit Jacinthe Lagacé, par écrit, à La Presse.

Comme elle, d’autres parents d’élèves de l’école Cavelier-De LaSalle ne souhaitaient pas que leur enfant se rende en classe, car ils craignent pour leur sécurité. Manon Roy est de cet avis. « [Ma fille] est très nerveuse depuis que cette situation a été mise sur les réseaux [sociaux] », raconte-t-elle.

Certains indiquaient plutôt que leurs enfants se rendraient sur les bancs d’école.

En début de soirée dimanche, Aude Farelle a affirmé que son garçon irait en classe. « Je n’ai pas envie de céder à la pression et à la panique », a-t-elle indiqué. Elle se dit toutefois préoccupée par la menace qui a circulé sur Instagram.

Je trouve que c’est stressant, je ne pense pas que je vais avoir une belle journée [ce lundi].

Aude Farelle, mère d’un élève de l’école secondaire Cavelier-De LaSalle

Samedi, un premier courriel de la part du directeur de l’école de l’arrondissement de LaSalle, Robert Beaudin, a été acheminé aux parents. « Nous avons été informés que des rumeurs circulaient sur Instagram à propos d’une menace que quelqu’un viendrait avec une arme lundi à l’école », pouvait-on y lire. Le directeur y assure également que l’école travaille en collaboration avec le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) depuis vendredi.

Le lendemain, un second message a été envoyé aux parents. « Conformément à la recommandation du SPVM, l’école sera ouverte [lundi] et des policiers seront présents sur les lieux. Les professionnels de l’école seront également disponibles sur place pour accueillir les élèves qui souhaiteraient s’exprimer sur cette situation », indique le courriel.

Une information que confirme l’agente Véronique Comtois, porte-parole du SPVM. Dimanche, « il y a eu une rencontre avec la direction de l’école », assure-t-elle.

La décision qui a été prise par la direction est de garder l’école ouverte, mais il va y avoir une présence policière qui va être aux abords et à l’intérieur de l’école [ce lundi].

Véronique Comtois, porte-parole du SPVM

Mme Comtois précise qu’une enquête est toujours en cours afin de faire la lumière sur le message inquiétant.

Une autre publication menaçante

Simion Raul avait l’intention d’envoyer ses enfants à l’école ce lundi. Dimanche soir, il a toutefois vu une nouvelle publication sur les réseaux sociaux qui l’a fait changer d’avis.

Il s’agit d’un message publié sur la page Instagram « confession csa », où des internautes peuvent envoyer des propos anonymes concernant le Collège Sainte-Anne, dans l’arrondissement de Lachine. « Cavalier et csa lundi vs [vous] êtes mort bande de fdp [fils de pute] », peut-on y lire.

« Je crois qu’il est évident de fermer l’école à cette étape », estime M. Raul.

Ces évènements surviennent quelques jours après que des menaces sur les réseaux sociaux ont engendré la fermeture de l’Académie Dunton, une école secondaire de l’arrondissement d’Anjou, le 10 décembre. Il s’agissait toutefois d’un canular.

Également la semaine dernière, jeudi, un élève de 16 ans a poignardé son professeur, à l’école John-F.-Kennedy, dans le quartier Saint-Michel. L’enseignant a subi des blessures, mais on ne craint pas pour sa vie.