La hausse des consultations, la baisse du personnel et l’afflux de touristes ont eu raison des urgences des Laurentides. Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides demande à la population ayant des problèmes de santé non urgents d’éviter de se rendre aux urgences de Saint-Eustache, de Saint-Jérôme et de Sainte-Agathe-des-Monts, qui atteignent jusqu’à 150 % de leur capacité.

Alice Girard-Bossé
Alice Girard-Bossé La Presse

« On vit vraiment un pic d’achalandage que l’on vit normalement à l’hiver en période de grippe. C’est probablement parce que les personnes ont reporté leur consultation en période de pandémie et ils décident de venir consulter maintenant », a indiqué à La Presse Myriam Sabourin, porte-parole au CISSS des Laurentides.

S’ajoute aussi la baisse de personnel pendant la période estivale. « On a beaucoup d’employés qui sont en arrêt temporaire et en vacances. C’est un contrecoup de la pandémie. On a des joueurs qui sont partis en arrêt temporaire ou en absence maladie », dit la porte-parole.

Le nombre élevé de touristes dans la région augmente également les besoins en matière de santé et de services sociaux. « On a plus de demandes, parce que les gens de l’extérieur viennent consulter chez nous. On rencontre beaucoup de chutes, chez des personnes qui vont faire du VTT et du vélo sur notre territoire », illustre Mme Sabourin.

La situation varie d’un hôpital à l’autre, mais elle est particulièrement critique aux urgences de Saint-Eustache, de Saint-Jérôme et de Sainte-Agathe-des-Monts, qui atteignaient respectivement 150 %, 134 % et 150 % de capacité en soirée dimanche.

« Pas surpris »

Le 25 juillet, le CISSS des Laurentides avait également demandé à la population d’éviter les urgences de Saint-Eustache et de Saint-Jérôme. « Si on limite Saint-Eustache et Saint-Jérôme, les gens vont se déplacer automatiquement vers Sainte-Agathe et Lachute. Je ne suis pas surpris de voir que, sept jours plus tard, on doit aussi éviter Sainte-Agathe », lance Steve Bouchard, vice-président du syndicat des travailleuses et des travailleurs des Laurentides en santé et services sociaux-CSN.

Les autres hôpitaux demeurent tout de même sous surveillance. « Il suffit de quelques absences imprévues qui se manifestent dans une équipe à l’urgence et la situation vient changer complètement », prévient Mme Sabourin.

Le CISSS des Laurentides invite les personnes dont la situation n’est pas urgente à consulter leur médecin de famille, leur pharmacien, un médecin dans une clinique sans rendez-vous ou encore à communiquer avec Info-Santé en composant le 811, où une infirmière pourra les conseiller et les diriger vers le service approprié.

La présidente-directrice générale du CISSS des Laurentides, Rosemonde Landry, rappelle que les cas urgents sont toujours invités à se rendre aux urgences et seront pris en charge rapidement. « Les personnes ayant des problèmes de santé critiques ne doivent pas hésiter à se présenter dans nos urgences. Nous ne souhaitons en aucun temps qu’elles reportent leur consultation », précise Mme Landry dans un communiqué.