(Barrie) Des résidants de Barrie dont la maison a été gravement endommagée ou même détruite par une tornade, jeudi, sont revenus sur les lieux vendredi pour récupérer des biens précieux ou pour constater l’ampleur des dégâts.

Nicole Thompson et Paola Loriggio La Presse Canadienne

Le premier ministre Doug Ford est aussi venu dans ce quartier de Barrie, à une centaine de kilomètres au nord de Toronto, et il s’est engagé à « prendre le relais » si les compagnies d’assurance ne couvrent pas tous les coûts des réparations. « En quelques minutes, la vie de ces gens a littéralement changé. Mais nous allons les remettre sur pied », a-t-il promis au milieu d’une rue jonchée de débris, où plusieurs maisons étaient cerclées de rubans jaunes.

Le premier ministre a quand même exprimé son soulagement de constater que personne n’était mort dans cette catastrophe naturelle – « un miracle », a-t-il dit. En 1985, dans cette même ville, une tornade avait fait huit morts et plus d’une centaine de blessés.

Le maire de Barrie, Jeff Lehman, a déclaré que 10 personnes avaient été transportées à l’hôpital jeudi après la tornade et que huit d’entre elles avaient reçu leur congé vendredi après-midi. Personne n’a subi de blessures qui mettraient sa vie en danger, a dit le maire.

Environnement Canada a estimé que cette tornade était de catégorie « EF-2 », ce qui signifie que les vents pouvaient atteindre près de 220 km/h et causer des « dommages considérables ». La tornade a fait des ravages dans un couloir d’une centaine de mètres de large sur environ 5 km de long. Le directeur des pompiers de Barrie, Cory Mainprize, a estimé qu’une vingtaine de résidences étaient considérées comme inhabitables, dont deux ou trois complètement détruites.

Plus d’une centaine de personnes ont été déplacées jeudi soir, a déclaré le maire Lehman, mais ce bilan pourrait s’alourdir, car certaines personnes sont allées coucher chez des proches et n’ont peut-être pas encore signalé leur situation aux autorités.

Solidarité

Pour certains résidants, ce bref retour à la maison, vendredi, pour récupérer des médicaments, des biens précieux ou des animaux de compagnie a mis en évidence l’ampleur des dégâts et les retombées sur leur vie, a déclaré le maire. « C’est l’une des choses vraiment difficiles : les gens découvrent ce matin que leur vie a disparu, que leurs biens ont disparu ou ont été lourdement endommagés par la tempête. Mais les efforts de nettoyage commencent. »

Tyler Musgrove, son frère Jacob et leur colocataire Kelly Trinh inspectaient vendredi matin ce qui restait de leur cour arrière. Le hangar était réduit à la fondation en bois et à un tas de débris, et il ne restait plus rien de leur abri de jardin.

M. Musgrove a raconté que lui et son frère étaient seuls à la maison lorsque la tornade a frappé. Il se souvient avoir couru pour fermer la porte du hangar, laissée ouverte, et avoir soudainement vu « des trucs voler » tout autour. « Le hangar derrière moi a commencé à se briser, il est parti vers le haut et autour de moi. Ensuite, j’ai couru à l’intérieur aussi vite que j’ai pu. » Il a dû subir quelques points de suture au bras après avoir été coupé par des éclats de verre et de bois.

Des équipes devaient commencer à faire quelques réparations vendredi, notamment réparer les toits qui n’ont pas été trop endommagés par le vent et les débris. Et selon le maire Lehman, la communauté a déjà commencé à se serrer les coudes pour soutenir ceux qui ont le plus perdu. Même que la police de Barrie a déclaré plus tard vendredi qu’elle ne pouvait plus accepter de dons de biens pour le moment.

Une autre tornade en 1985

Le maire a aussi rappelé que pour plusieurs « vieux résidants » de Barrie, cette tornade rappelle de bien mauvais souvenirs. Il y a 36 ans, des centaines de maisons du quartier Allendale avaient été détruites par une tornade, qui avait fait huit morts.

« J’ai vécu dans ce quartier quand j’étais petit, a raconté le maire Lehman. Je veux dire, c’est troublant : on ne peut pas s’attendre à revoir ça de son vivant. »

La tornade de jeudi a également rappelé de douloureux souvenirs à Judy Arksey, âgée de 70 ans. « J’ai jeté un coup d’œil au ciel et j’ai tout de suite compris ce qui s’en venait. » Elle se trouvait dans la voiture de sa fille, dans l’entrée de garage, lorsque la tornade est passée dans la rue. Ses deux petits-enfants, de 6 et 16 ans, étaient avec elle.

« Je me suis souvenu que pendant l’autre tornade, des chevaux étaient soulevés de terre à l’hippodrome, et je me suis dit : on est là, dans une voiture, avec mes petits-enfants derrière », a raconté Mme Arksey. Heureusement, la voiture est restée au sol, malgré les coups portés par les rafales violentes, et personne n’a été blessé.

Et tout comme il y a 36 ans, dit-elle, la communauté de Barrie se serre les coudes dans l’adversité.