(Ottawa) L’interdiction des navires de croisière au Canada prendra fin en novembre, quelques mois avant la date prévue.

Mia Rabson La Presse Canadienne

Les navires de croisière sont interdits de séjour dans les eaux ou les ports canadiens depuis plus d’un an en raison de la COVID-19 ; cette interdiction devait rester en vigueur jusqu’en février 2022.

Mais le ministre fédéral des Transports, Omar Alghabra, annonce qu’avec l’amélioration de la situation sanitaire et l’augmentation du taux de vaccination, le Canada accueillera de nouveau les bateaux de croisière à compter du 1er novembre. Les géants des mers, qui avaient été des foyers d’éclosions de COVID-19 au début de la pandémie, devront suivre des protocoles de santé publique, qui ne sont pas encore disponibles.

Les navires de croisière avaient effectivement été les premiers « points chauds » de COVID-19 l’année dernière : des centaines de passagers étaient tombés malades et des paquebots avaient été bloqués en mer, alors que plusieurs pays leur refusaient l’entrée dans les ports. Les efforts de rapatriement avaient été longs et complexes.

Mais les croisières jouent habituellement un rôle majeur dans l’industrie touristique du Canada, contribuant à 4 milliards par année à l’économie et employant directement et indirectement 30 000 personnes au pays. Les croisières ont repris le mois dernier aux États-Unis, pour la première fois depuis mars 2020, et d’autres pays devraient emboîter le pas au cours de l’été et cet automne.

Certains croisiéristes choisissent d’exiger que tous les passagers soient vaccinés. Les paquebots qui quittent la Floride, l’un des ports les plus populaires pour partir en croisière, ne peuvent pas exiger une telle preuve de vaccination parce que cet État l’interdit.

Le premier navire du croisiériste américain « Celebrity Cruises » à prendre le large le mois dernier permettait aux passagers vaccinés de laisser tomber le masque à bord, tandis que les passagers non vaccinés étaient limités à certaines sections du bateau. Selon le croisiériste, plus de 95 % des passagers à bord étaient entièrement vaccinés.