(Washington) Une coalition de législateurs du Midwest américain demande officiellement à Washington et Ottawa de rouvrir la frontière aux voyageurs entièrement vaccinés.

La Presse Canadienne

La Conférence législative du Midwest, issue du Conseil des gouvernements des États américains, a adopté une résolution formelle lors de sa réunion annuelle de mercredi appelant les deux gouvernements fédéraux à prendre des mesures immédiates.

« La Conférence législative du Midwest demande par la présente que les gouvernements fédéraux des États-Unis et du Canada rouvrent immédiatement la frontière à toutes les personnes entièrement vaccinées », peut-on lire dans la résolution adoptée sans opposition parmi les délégués.

La frontière canado-américaine est fermée à tous les voyages et au commerce, sauf essentiels, depuis mars 2020 afin de prévenir la propagation de la COVID-19.

Ces législateurs du Midwest américain affirment que ce qui est qualifié de « voyage essentiel » a été laissé à la discrétion de chacun des agents frontaliers, créant une confusion généralisée.

La résolution évoque également que le Canada est la deuxième source d’investissements directs étrangers aux États-Unis, soutenant environ 500 000 emplois là-bas, et que les deux pays ont accumulé 48 milliards de dollars en matière de commerce agricole bilatéral en 2019, avant le début de la pandémie.

Elle décrit la relation comme la plus prospère au monde, s’élevant à plus de mille milliards de dollars en termes d’échanges commerciaux et d’investissements chaque année, mais celle-ci dépend de la circulation « efficace des personnes, des biens et des services » pour fonctionner correctement.

La conférence législative comprend l’Illinois, l’Indiana, l’Iowa, le Kansas, le Michigan, le Minnesota, le Nebraska, le Dakota du Nord, l’Ohio, le Dakota du Sud et le Wisconsin, ainsi que la province de la Saskatchewan. L’Alberta, le Manitoba et l’Ontario sont également des membres affiliés.

De nouveaux assouplissements à venir ?

Les restrictions à la frontière ont été prolongées chaque mois depuis plus d’un an et viennent de nouveau à échéance le 21 juillet.

Le Canada a progressivement commencé à assouplir les mesures de quarantaine la semaine dernière, mais uniquement pour les citoyens entièrement vaccinés, les résidents permanents et les autres voyageurs admissibles.

Le premier ministre Justin Trudeau a refusé de dire mercredi quand d’autres changements pourraient survenir, mais qu’une annonce sur de prochaines étapes aura lieu « dans les semaines à venir ».

Des experts et des observateurs se demandent si les États-Unis pourraient lever leurs propres restrictions le long de la frontière avant que le Canada fasse de même. À ce jour, les signaux envoyés de la Maison-Blanche suggèrent que c’est peu probable, du moins pour l’instant.

L’ancien ambassadeur des États-Unis au Canada sous la présidence de Barack Obama, David Jacobson, croit que ce serait peu optimal si les États-Unis décidaient de faire cavalier seul.

Désormais vice-président de BMO Groupe financier, M. Jacobson a soutenu en entrevue que « les gens font des allers-retours, parfois en quelques heures », et que si un côté est ouvert et l’autre nécessite 14 jours de quarantaine, « cela ne fonctionnera pas ».