La journaliste Michèle Ouimet, qui a pris sa retraite en avril 2018 après près de 30 ans à La Presse, a été admise mardi à l’Ordre national du Québec en compagnie de plusieurs autres personnalités pour leur apport « grandiose » à la société québécoise.

Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

« Le peuple québécois voit en vous la marque de l’excellence et qu’il reconnaît votre apport grandiose à notre société. Je vous félicite pour votre cœur à l’ouvrage, votre implication soutenue et vos précieux talents. Votre lumière fait rayonner, encore et toujours, notre si belle nation », a indiqué mardi le premier ministre François Legault en marge d’une cérémonie de remises des prix.

Pour une première fois depuis 1985, celle-ci avait lieu de façon virtuelle, pandémie oblige. Un « hymne officiel » intitulé Devenir a été dévoilé en l’honneur de l’Ordre national du Québec, le tout composé par le pianiste, chanteur et compositeur canadien Steve Barakatt.

Nommée « chevalière » de l’Ordre, Michèle Ouimet a couvert des zones de guerre et des drames locaux, notamment en Afghanistan, en Syrie, au Rwanda ou encore en Haïti, lui valant plusieurs prix et distinctions pour ses reportages.

L’un des plus récents prix lui a été remis à l’unanimité, en novembre 2019, par les anciens présidents de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), pour souligner son travail exceptionnel.

Si tous s’accordaient pour dire que Michèle Ouimet est un modèle à suivre pour tout journaliste, cette dernière a été fidèle à elle-même dans ses remerciements, en pensant d’abord à ses collègues, en particulier les fixers qui l’ont aidée dans plusieurs de ses reportages à l’étranger. En annonçant sa retraite, en 2018, elle avait signé le texte « Vieillir, partir ».

En plus de Mme Ouimet, notons la présence de la nouvelle PDG d’Hydro-Québec, Sophie Brochu, parmi les récipiendaires de l’Ordre. Première femme à accéder à ce poste, Mme Brochu est entre autres passée par la SOQUIP et Gaz Métro, où elle a aussi été présidente et chef de la direction.

L’astronaute canadien David St-Jacques, l’actrice et metteuse en scène Louise Latraverse, le réalisateur Jean-Marc Vallée et l’ancienne PDG de l’Administration portuaire de Montréal (APM), Sylvie Vachon, ont aussi été admis à l’Ordre. D’autres ont été promues, après avoir été nommées il y a quelques années.

Le sociologue et professeur Guy Rocher, considéré comme l’un des piliers de la Révolution tranquille, a de son côté accédé au plus haut titre de l’Ordre national du Québec, celui de Grand officier. Aujourd’hui âgé de 97 ans, M. Rocher a aussi participé à la rédaction de la Charte de la langue française. La liste complète des personnalités québécoises honorées est disponible en ligne.