La détermination dont a fait preuve Loïc Bydal, premier à faire toutes ses études secondaires à partir d’un hôpital, fera des petits. Une bourse du Fonds 1804 pour la persévérance scolaire portera désormais son nom et sera remise chaque année à un élève qui se sera démarqué dans ses études malgré des problèmes de santé. Une médaille de l’Assemblée nationale lui a aussi été remise.

Marie-Eve Morasse
Marie-Eve Morasse La Presse

Atteint du syndrome de Morquio, une maladie dégénérative rare, Loïc Bydal a fait tout son secondaire de l’Hôpital de Montréal pour enfants, où il vit depuis 2012. En avril, La Presse a rapporté l’exploit réalisé par le diplômé de 17 ans, qui est le premier à faire toutes ses études secondaires à partir d’un milieu hospitalier, avec le concours d’enseignants du service scolaire en milieu hospitalier, qui relève du Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM).

« Dans des cas exceptionnels, le conseil d’administration se réserve le droit de remettre des bourses honorifiques. Quand on a vu l’article de La Presse, on s’est dit : il faut remettre une bourse à ce jeune-là, c’est le modèle de persévérance par excellence », explique Arcelle Appolon, vice-présidente du Fonds 1804 pour la persévérance scolaire.

Loïc Bydal reçoit donc une bourse de 500 $ pour souligner son acharnement à faire ses études secondaires, mais son exemple pourra également en inspirer d’autres pour les années à venir, puisque le Fonds 1804 pour la persévérance scolaire crée également la bourse Loïc Bydal.

Elle sera remise chaque année à un jeune qui se sera démarqué « de façon exceptionnelle » dans ses études, malgré des problèmes de santé. Le montant de la bourse reste à déterminer, mais il sera puisé à même les fonds de l’organisme.

PHOTO MAUDE SAMSON, FOURNIE PAR L’HÔPITAL DE MONTRÉAL POUR ENFANTS

Loïc Bydal en compagnie d’une de ses enseignantes, Sahmadia Bouhend

« Une fierté »

« C’est un très grand honneur pour moi, j’espère que cette bourse pourra aider d’autres personnes dans une situation ou un contexte semblables au mien », a déclaré Loïc Bydal lundi, dans une courte remise virtuelle de sa bourse de persévérance.

Émue, sa mère a souligné que Loïc est un « exemple à suivre ». « Il aime sa vie et quand les gens me demandent comment je fais, je leur dis qu’il n’est pas mort le 23 juillet 2012 », a dit Anik Pilon, avant d’ajouter que son fils est un autodidacte. « Il connaît tellement de choses, c’est fou ! », a dit la mère, admirative.

Le président du Fonds, Édouard Staco, a abondé. « Loïc est une fierté pour tout le monde. Par ses actions, il nous montre l’exemple », a-t-il dit. En plus de la bourse honorifique remise à Loïc Bydal, le Fonds 1804 pour la persévérance scolaire remet cette année quelque 160 bourses à des jeunes du secondaire.

À l’initiative de la députée libérale Marwah Rizqy, Loïc Bydal s’est aussi vu remettre la semaine dernière la Médaille de l’Assemblée nationale. Mme Rizqy a souligné la « détermination sans bornes » de l’élève, qui entreprendra l’automne prochain des études collégiales en informatique.