(Montréal) Les contrats d’assurance habitation et automobile couvrent généralement les dommages matériels causés par les tornades, a rappelé le Bureau d’assurance du Canada (BAC) au lendemain de la catastrophe naturelle qui a touché Mascouche, sur la couronne nord de Montréal.

La Presse Canadienne

Tout comme c’est le cas pour la grêle et la foudre, la « très, très grande majorité » des contrats couvrent les dommages causés par le vent, a affirmé Line Crevier, la responsable des affaires techniques et du centre d’information sur les assurances au BAC, en entrevue avec La Presse Canadienne.

Et ce sont des dommages qui sont plus faciles à gérer pour les assureurs qu’une inondation, par exemple, où c’est une protection à part, appelée avenant, qui vient avec sa propre limite. « [Si] notre maison est assurée pour 300 000 $, on a 300 000 $ pour le vent », a résumé Mme Crevier, dont la division s’occupe de rédiger les contrats d’assurance.

Une fois qu’ils sont en sécurité, les sinistrés devraient communiquer avec leur assureur ou leur courtier pour rapporter les dommages subis et s’informer sur leur couverture. Les assurés devraient aussi photographier ou filmer les biens endommagés et conserver toutes les factures relatives aux dépenses encourues en raison des dommages puisque les frais encourus pour se loger et se nourrir lorsqu’une maison est inhabitable sont couverts.

En matière d’assurance automobile, les dommages causés par le vent sont couverts uniquement si l’assuré à une protection « Tous risques », « Accident sans collision ni versement » ou « Risques spécifiés ».

Des statistiques compilées par le Bureau d’assurance du Canada démontrent que les sinistres résultant de catastrophes naturelles ont « augmenté de façon spectaculaire au cours de la dernière décennie », tant dans leur nombre que dans leur coût.

« Il ne s’agit toutefois pas d’un phénomène national, mais plutôt d’une tendance mondiale », est-il écrit dans la plus récente édition de son document annuel qui traite des enjeux et des tendances de l’industrie.

Cette tendance se traduit inévitablement par une hausse globale des primes, mais « ce n’est pas tous les gens de Mascouche qui vont voir leurs primes augmenter », a rassuré Mme Crevier.

La tornade qui est passée lundi à Mascouche a fait un mort, deux blessés et de nombreux dégâts. Selon la Ville, il pourrait y avoir jusqu’à une centaine de bâtiments touchés. Il est « trop tôt » pour estimer le coût des dommages, selon le BAC.

À titre de comparaison – bien qu’imparfaite –, celles qui ont touché la région d’Ottawa-Gatineau en septembre 2018 ont causé des dommages assurés aux maisons, entreprises et véhicules de 295 millions. Il s’agissait toutefois davantage de logements locatifs, où les contrats d’assurance ont des montants plus faibles.

En 2020, 77 tornades ont été enregistrées au pays par Environnement Canada. L’année précédente, soit les chiffres les plus récents, les sinistres catastrophiques et les frais de règlement ont coûté environ 1,32 milliard aux assureurs canadiens.