Les journalistes Kenneth Jackson et Cullen Crozier, de l’Aboriginal Peoples Television Network (APTN), ont été désignés mercredi comme les « grands lauréats » des prestigieux prix Michener, qui récompensent chaque année les meilleurs reportages d’intérêt public.

Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

C’est pour leur vaste enquête « Death by Neglect » (en français, « Le rapport des décès ») que les deux journalistes du réseau de télévision autochtone ont remporté les grands honneurs. Le texte, paru en décembre 2020, abordait les problèmes internes d’un système de protection de l’enfance, Weechi, au sein duquel trois sœurs ont mis fin à leurs jours.

« Saisissante, brutale et obsédante ». Ce sont les mots qu’a utilisés le jury pour décrire l’enquête-choc de l’APTN. « Kenneth Jackson et Cullen Crozier d’APTN ont travaillé avec acharnement et minutie, et leurs sources ont dit la vérité aux autorités avec beaucoup de courage, mettant en jeu leur emploi, leur statut dans la communauté et même leur maison », a expliqué le président de la Fondation des prix Michener, Pierre-Paul Noreau, à l’issue d’une cérémonie virtuelle mercredi soir.

Deux journalistes d’enquête de La Presse qui étaient nommées, Caroline Touzin et Gabrielle Duchaine, ont quant à elles obtenu une mention d’honneur du jury pour leur dossier sur « l’autre épidémie », celle de l’exploitation sexuelle des enfants sur le web. Des journalistes de CBC News, du Globe and Mail, du Montreal Gazette et du Winnipeg Free Press ont aussi obtenu des mentions d’honneur.