Neuf ans se sont écoulés jeudi depuis l’emprisonnement de Raïf Badawi, blogueur saoudien condamné à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet pour la tenue d’un blogue critiquant le régime de l’Arabie saoudite. Une trentaine de personnes se sont rassemblées au centre-ville de Montréal jeudi midi pour demander sa libération.

Coralie Laplante
Coralie Laplante La Presse

Des sympathisants vêtus de dossards jaunes à l’effigie d’Amnistie internationale ont scandé « Liberté pour Raïf » devant le complexe Guy-Favreau, où se trouvent des bureaux du gouvernement fédéral.

Quelques voitures klaxonnaient pour encourager les manifestants, qui brandissaient des pancartes jaunes et noires.

Raïf Badawi a été arrêté puis emprisonné, pour avoir tenu un blogue dans lequel il abordait notamment la question de la démocratie et des droits humains. Le Liberal Saudi Network, le blogue de M. Badawi, critiquait également le régime saoudien.

Le blogueur a été condamné en 2012 à 10 ans de prison, 1000 coups de fouet et à une interdiction de pratique journalistique. Le tribunal a interdit à Raïf Badawi de voyager pendant 10 ans et lui a imposé de payer une amende d’un million de riyals, soit près de 300 000 $ canadiens.

La femme du blogueur saoudien, Ensaf Haidar, demeure à Sherbrooke avec leurs trois enfants.