(Québec) Le club sélect des hauts fonctionnaires québécois qui gagnent plus de 300 000 $ par année a accueilli un nouveau membre pour 2020-2021. Horacio Arruda, directeur national de santé publique, gagne désormais 305 000 $ annuellement. Une augmentation de traitement par rapport aux 282 000 $ gagnés l’année précédente, avec toujours une allocation de logement mensuelle de 1225 $.

Denis Lessard
Denis Lessard La Presse

Conformément à la loi, le gouvernement Legault publie ce samedi la liste des salaires de ses hauts fonctionnaires, sous-ministres, sous-ministres adjoints ou administrateurs d’organisme. Ils sont environ 450 à gagner plus de 150 000 $ par année ; 105 d’entre eux sont payés plus de 200 000 $ annuellement. Au sommet de la pyramide, 14 mandarins obtiennent plus de 300 000 $ annuellement, deux de plus que l’année précédente.

C’est sans compter de nombreux hauts fonctionnaires déplacés « prêtés » à des organismes parapublics. Leur salaire ne diminue pas, mais ils n’apparaissent plus au bilan que le Conseil exécutif doit rendre public, chaque année, à la mi-mai.

À la dernière année du gouvernement Couillard, on comptait huit mandarins gagnant plus 300 000 $ ou plus.

Dans bien des cas, la rémunération des dirigeants de société d’État ne tient pas compte de bonis prévus à leur contrat. Guy Leblanc, patron d’Investissement Québec, a un salaire de 500 000 $ par année. Mais il est connu qu’il se rapproche du million avec les primes potentielles.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LAPRESSE

Charles Emond, président et chef de la direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec

Charles Emond, président et chef de la direction de la Caisse de dépôt, a un salaire de base de 550 000 $, mais ses émoluments totaux, incluant bonis, montants compensatoires et fonds de retraite, sont plus près de 4 millions.

M. Emond est le seul des hauts dirigeants de la Caisse à faire partie de la liste des salaires divulgués ce samedi, mais les six plus hauts dirigeants de cette société d’État ont droit à une rémunération globale de 14,6 millions en 2020.

Le club des plus hauts salariés comprend Sophie Brochu, patronne d’Hydro-Québec, qui gagne 598 000 $. Louis Morisset, de l’Autorité des marchés financiers, suit avec 465 000 $. Lynne Roiter, présidente de Loto-Québec qui a annoncé récemment son départ à la retraite, gagnait 437 000 $. Elle est suivie de près par Catherine Dagenais, PDG de la Société des alcools, à 436 000 $. Yves Ouellet, le numéro un des fonctionnaires en tant que secrétaire général du Conseil exécutif, gagne 325 000 $ par année.

Le premier ministre du Québec François Legault gagne quant à lui 205 793 $ par année, soit moins que plusieurs hauts fonctionnaires.

Santé

Le secteur de la santé se porte bien en cette année de pandémie. Fabrice Brunet, PDG du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), gagne 311 000 $, tout comme Pierre Gfeller, qui est à la tête du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), et Martin Beaumont, du CHU de Québec-Université Laval. Sonia Bélanger, présidente du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, a le même salaire. Au Québec, les patrons de CISSS et de CIUSSS gagnent en général entre 200 000 et 250 000 $ annuellement. L’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) procure un salaire annuel de 285 000 $ à son patron, Luc Boileau.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Lucie Opatrny, sous-ministre adjointe à la Santé

Sous-ministre à la Santé, Dominique Savoie gagne 276 000 $, mais sa sous-ministre adjointe, Lucie Opatrny, gagne 360 000 $.

Aux Finances, Pierre Côté est aussi payé 276 000 $. Le secrétaire du Conseil du trésor, Éric Ducharme, a un salaire de 253 000 $. La liste de paie du Conseil exécutif, l’équivalent du ministère du premier ministre, est bien pourvue en apparatchiks issus du monde politique. Ex-péquiste, Patrick Lahaie gagne 202 000 $ par année comme secrétaire général associé aux Affaires autochtones. Issu du PLQ, Mario Lavoie gagne 169 000 $ pour diriger le bureau du Québec à Ottawa. Venu de l’ADQ, Stéphane Le Bouyonnec est payé 197 000 $ comme sous-ministre chargé d’étendre l’internet et la « connectivité ».

Sous-ministres et présidents d’organisme

Les sous-ministres gagnent plus de 200 000 $. Nouvelle recrue, Nathalie Verge, ex-chef de cabinet de François Legault au Parti québécois, touche un salaire de 210 000 $ comme sous-ministre à la Culture. Elle succède à Marie Gendron, qui conserve ce même traitement pour présider le Conseil de gestion de l’assurance parentale. Julie Blackburn, à la Famille, gagne 217 000 $. Line Drouin, sous-ministre à la Justice, gagne 230 000 $, tout comme Brigitte Pelletier à la Sécurité publique, David Bahan à l’Économie, Benoit Dagenais à l’Immigration, Sylvie Barcelo aux Relations internationales, Marc Croteau à l’Environnement, Alain Sans Cartier à l’Éducation, Patrick Dubé aux Transports et Bernard Matte à l’Enseignement supérieur.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Marc Croteau, sous-ministre à l’Environnement

Les présidents d’organisme ne sont pas à plaindre. Marie-Claude Champoux, à l’Office de la protection du consommateur, est payée 230 000 $, tout comme Manuelle Oudar, qui dirige la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail, et Carl Gauthier, PDG de l’Agence du revenu. Marco Thibault, le patron de la Régie de l’assurance maladie du Québec, gagne 223 000 $, tout comme Jocelyn Dumas, président de la Régie de l’énergie. Marie-Claire Ouellet, qui préside la Commission de la capitale nationale, gagne 210 000 $, tout comme Diane Lemieux, la patronne de la Commission de la construction du Québec. Frédéric Gaudreau, le patron de l’Unité permanente anticorruption, a un salaire de 202 000 $.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Pierre-Gabriel Côté, délégué général du Québec à Londres

Diplomates

Notre diplomatie n’est pas en reste. À Paris, la déléguée générale Michèle Boisvert gagne 197 000 $, auxquels il faut ajouter 30 000 $ d’allocations de fonction. À Londres, l’ancien patron d’Investissement Québec Pierre-Gabriel Côté a le même salaire, et des allocations de 29 000 $. À Los Angeles, le délégué Philippe Huneault est payé 169 000 $, en plus d’une indemnité de 147 000 $ pour se loger et 5000 $ d’allocations de fonction. À Bruxelles, Pierre-Luc Desgagné gagne 197 000 $, avec 17 000 $ d’allocations. À Boston, la déléguée Marie-Claude Francœur gagne 169 000 $, mais touche une indemnité de 98 000 $ pour son logement et 29 000 $ d’allocations diverses.

Beaucoup de fonctionnaires qui doivent travailler à Québec bénéficient d’une indemnité de séjour de 1225 $ par mois, certains obtiennent 610 $ mensuellement pour une automobile. Ces avantages sont toutefois imposables.