(Québec) En bonne partie grâce à de nouveaux fonds fédéraux, le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, annoncera bientôt la création de 22 000 nouvelles places en services de garde, ce qui correspond exactement au nombre de places perdues en raison de la fermeture de garderies en milieu familial au cours des dernières années.

Tommy Chouinard
Tommy Chouinard La Presse

Cette annonce permettra de « compléter le réseau » de services de garde, de faire en sorte que « chaque enfant ait une place », a-t-il affirmé à l’Assemblée nationale jeudi.

Ces 22 000 places s’ajoutent à celles déjà annoncées par le gouvernement mais qui n’ont pas encore vu le jour.

Plus tôt dans le mandat, il avait promis de créer 15 000 places supplémentaires d’ici les élections de l’automne 2022, un engagement qu’il ne renouvelle plus. De ces places, seulement 2500 ont été créées ; de 5000 à 7000 le seront d’ici le 31 mars 2022.

Il y a 51 000 enfants sur la liste d’attente pour obtenir une place. Parmi eux, 21 000 n’ont pas encore l’âge de fréquenter un service de garde. Il en reste donc 30 000 qui n’ont pas accès au service, a expliqué le ministre, ajoutant que sa prochaine annonce permettra de régler le problème.

Il n’a toutefois donné aucun échéancier pour la réalisation des 22 000 nouvelles places, ce que déplore l’opposition. Il n’a pas précisé non plus si elles seront créées dans les CPE, les garderies privées ou en milieu familial subventionnées.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe.

Depuis 2015, de nombreuses garderies en milieu familial ont fermé leurs portes. Quelque 22 000 places ont ainsi disparu, ce qui a accentué le problème de l’accès au service.

Les partis d’opposition font pression sur le gouvernement depuis longtemps pour réduire la liste d’attente.

Des parents sont « désespérés », a déploré le député libéral Marc Tanguay. Certains « offrent de l’argent – 500 $, 1000 $, 5000 $-pour acheter une place en service de garde », d’autres envoient « des CV de leur bébés dans le but de charmer les décideurs ». « Dans L’info du Nord de Sainte-Agathe, le 28 avril dernier, les parents ont acheté un quart de page pour mettre trois photos de Leia, quatre mois. C’est extrêmement troublant, c’est le visage de la crise ! » a-t-il lancé.

Mathieu Lacombe reconnaît quant à lui l’existence d’une « crise dans les services de garde en milieu familial ». Une annonce sera faite bientôt pour y répondre.

Selon le budget Girard, Québec veut inciter les éducatrices en milieu familial à recevoir plus de six enfants – ce qui nécessite l’embauche d’une assistante. Québec entend verser une aide financière supplémentaire à celles qui accueillent neuf enfants. Le coût de la mesure se chiffre à 97,4 millions en cinq ans. Quelque 3600 places seront ainsi créées, estime le gouvernement.

Ottawa versera au Québec une compensation de six milliards en cinq ans avec la création d’un programme canadien de garderies annoncé dans le budget Freeland. Une entente devra être conclue à ce sujet.

Une partie de la somme permettra de créer les 22 000 nouvelles places, a-t-on confirmé au cabinet du ministre Lacombe. L’autre « va régler une petite partie (du) problème financier » du gouvernement du Québec, donc éponger les déficits, comme l’a déjà signalé le premier ministre François Legault. Le gouvernement a reporté le retour à l’équilibre budgétaire dans sept ans.