(Québec) Même s’il veut éliminer la circulation de transit sur l’une des principales artères de son centre-ville pour faire place au tramway, le maire de Québec rejette les comparaisons avec le Plateau-Mont-Royal.

Gabriel Béland Gabriel Béland
La Presse

Régis Labeaume a présenté mercredi les plans pour la rue de la Couronne, où doit passer le futur tramway. Sa plateforme va trôner au centre de l’artère, avec de chaque côté de « larges trottoirs », de nouveaux arbres pour contrer les îlots de chaleur et une voie partagée avec les piétons pour la circulation locale seulement. Les voitures vont désormais occuper une place marginale.

Cette décision a poussé un journaliste à demander au maire s’il n’était pas « en train de transformer Saint-Roch en Plateau-Mont-Royal ».

« Quessé que vous dites-là ? », a rétorqué le maire, sur un ton mi-agacé, mi-surpris. « Je ne comprends pas ce que vous voulez me dire. Vous cherchez du crunchy. Le Plateau-Mont-Royal, ben voyons donc ! »

La rue de la Couronne compte actuellement trois voies de circulation, une pour les autobus et deux pour les voitures. La rue est particulièrement populaire en fin de journée, car elle permet de relier la Haute-Ville et les quartiers domiciliaires du nord de la ville, jusqu’aux lointaines banlieues desservies par l’autoroute Laurentienne.

PHOTO FOURNIE PAR LA VILLE DE QUÉBEC

La rue de la Couronne compte actuellement trois voies de circulation, une pour les autobus et deux pour les voitures.

Pour compenser, Québec va transformer la rue Dorchester voisine en artère bidirectionnelle avec quatre voies automobiles.

« Les automobilistes ne perdront pas de voies de circulation », a assuré le maire Labeaume, qui s’est déjà fait accuser de mener une « guerre à l’auto » par le chef de l’opposition officielle, Jean-François Gosselin.

Sauver Saint-Roch

La transformation de cette artère dédiée à l’automobile en rue pour tramway et piétons permettra de redynamiser le quartier St-Roch, selon le maire. « St-Roch va changer dramatiquement » avec ce projet « flamboyant », promet Régis Labeaume, qui habite lui-même le quartier.

« Pour St-Roch c’est un gain immense. Ça fait 12 ans que je répète que St-Roch est fragile. Avec ça, St-Roch ne sera plus jamais fragile », avance M. Labeaume.

« La valeur des commerces va augmenter, la valeur des propriétés va augmenter, mais en même temps on travaille pour que les effets de la gentrification ne soient pas trop forts. On va installer du logement social dans le quartier. »

St-Roch a longtemps été affublé du surnom peu enviable de « Plywood City », en référence à ses habitations et commerces placardés. Mais l’ancien maire Jean-Paul L’Allier a lancé dans les années 90 un chantier pour revitaliser le quartier.

La renaissance de la rue St-Joseph est encore fragile, comme le rapportait La Presse en mars dernier. Le taux d’inoccupation des locaux sur l’artère commerciale était de 14 %, selon des données colligées juste avant la crise de la COVID-19.

Mais la transformation de la rue de la Couronne, qui croise St-Joseph, va donner un nouvel élan au secteur, croit Régis Labeaume. « De la Couronne va devenir une avenue incroyable, ça va être tellement beau. »

En entrevue, le chef de l’opposition officielle a exigé des consultations. « C’est majeur comme projet. Je comprends que le maire habite le quartier et qu’il prend des marches, mais il ne représente pas tous les citoyens », lance Jean-François Gosselin. « Il faut des consultations majeures des citoyens et des commerçants. »

Le maire a par ailleurs révélé que le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, donnera jeudi le feu vert au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) pour entamer l’examen du projet de tramway. Les audiences devraient avoir lieu en juillet et août.