Perché sur son vélo orange, Benoît St-Onge a terrorisé pendant des mois des écolières d’un pensionnat de la métropole en se masturbant compulsivement devant celles-ci dans la rue. Même s’il a reconnu sa culpabilité, le professeur de géographie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) conserve son poste pour le moment.

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

Le Montréalais de 55 ans a plaidé coupable en février dernier à cinq chefs d’accusation d’actions indécentes dans un endroit public pour des évènements survenus à l’automne 2018 et au printemps 2019. Il faisait auparavant face à une douzaine d’accusations d’exhibitionnisme et d’actions indécentes.

Suspendu avec solde depuis son arrestation en mai 2019, le professeur demeure à l’emploi de l’université jusqu’à la fin du processus judiciaire. « La direction de l’UQAM réévaluera la situation à ce moment-là », a indiqué la porte-parole Jenny Desrochers.

Benoît St-Onge semblait obsédé par les élèves du Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie, qui accueille plus de 1000 jeunes filles. Il a ainsi répété le même modus operandi pendant des mois devant des adolescentes de 12 à 14 ans dans les secteurs d’Outremont et de Côte-des-Neiges. Chaque fois, assis sur son vélo orange, il descendait son cuissard pour se masturber près de jeunes filles vêtues du même uniforme scolaire. Habile cycliste, il retenait son guidon d’une main et se touchait de l’autre. Il prenait ensuite la fuite.

Le professeur d’université a fait ses premières victimes à l’approche de la rentrée scolaire 2018 en s’exhibant le pénis et en se touchant devant trois adolescentes de 14 ans. Quinze minutes plus tard, même scénario devant une adolescente de 12 ans sur le chemin de l’école. Et de nouveau à la fin des cours, alors que sa nouvelle victime se trouvait dans un parc.

« Elle mentionne que ce dernier la fixait, mais qu’elle ne pouvait voir ce qu’il faisait, car une glissade le cachait », a expliqué le procureur de la Couronne, Me Pierre-Olivier Bolduc, en relatant les faits reconnus par l’accusé, le 14 février dernier.

Vidéo de l’accusé

Deux autres épisodes d’actions indécentes surviennent en septembre, alors que Benoît St-Onge, immobilisé au feu rouge, se masturbe devant une élève de 13 ans qui attendait l’autobus. À la fin du mois, il suit la même victime à vélo. Mais celle-ci réussit à capter une vidéo de l’accusé, qu’elle remet aux policiers.

Les signalements se sont ainsi multipliés entre mai et novembre 2018. Ce n’est finalement qu’en mai suivant que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a réussi à lui mettre la main au collet après qu’il s’est masturbé pour une énième fois devant de nouvelles victimes.

Son avocate, Me Annie Laviolette Boisvert, a fait valoir à la cour que le professeur de l’UQAM n’avait aucun antécédent judiciaire et suivait depuis sa remise en liberté un suivi psychologique et sexologique. La juge Karine Giguère a ordonné la confection d’un rapport présentenciel en vue des observations sur la peine à imposer en juin prochain.