Alors que les autorités enquêtent sur des systèmes de reconnaissance faciale, La Presse a appris que Bell voulait vendre cette technologie aux entreprises. Si le géant des télécommunications va de l’avant, ses clients d’affaires pourraient utiliser son outil haute performance pour identifier et surveiller des milliers de visages à la minute – dans des hôtels, épiceries, boutiques, banques, stades ou lieux de travail.

Marie-Claude Malboeuf Marie-Claude Malboeuf
La Presse

Un outil pour « surveiller les individus »

Malgré la controverse croissante entourant cette technologie, Bell veut vendre aux entreprises un système de reconnaissance faciale capable de vérifier « instantanément » l’identité des gens, de détecter leurs comportements et de les « suivre en continu ».

La Presse a appris que le géant des télécommunications avait suggéré à ses clients d’affaires de l’utiliser pour surveiller et cibler les personnes qui entrent dans leurs hôtels, épiceries, boutiques, banques, stades ou lieux de travail.

Sa technologie « haute performance » capte les visages à l’aide de caméras et les compare à « une large banque de données archivées », peut-on lire sur une page du site web de Bell. Cette page en anglais semble non indexée et ne nous a pas été accessible à partir d’un moteur de recherche.

Bell a refusé de nous accorder une entrevue, mais a répondu par courriel qu’elle « ne propose pas de services de reconnaissance faciale en ce moment ». Sa page web a été construite à des fins promotionnelles, pour « déterminer le niveau d’intérêt potentiel de ce service et s’il pourrait être un produit viable », a écrit la porte-parole Caroline Audet.

Bell est présente en télécommunications, en télévision, en radio et en affichage, et a encaissé 3,25 milliards de profits sur des revenus de 24 milliards en 2018. Si les nombreuses entreprises qu’elle dessert achetaient massivement son système de reconnaissance faciale, des milliers de Canadiens pourraient bientôt être surveillés et reconnus dans toutes sortes de lieux – sans forcément s’en rendre compte ni en avoir réellement le choix.

« Même avec un éclairage de bas niveau et avec des données vidéo de faible qualité, l’analyse vidéo de Bell est capable de compter et de suivre en continu les personnes et les objets », précise son site. Le système d’intelligence artificielle envoie des « alertes instantanées » aux responsables de la sécurité et permet de « prendre des décisions plus rapides et intelligentes ».

Repérer les clients riches

La semaine dernière, les commissaires à la protection de la vie privée du Canada ont fait état de leurs « préoccupations croissantes quant à l’utilisation de la reconnaissance faciale » et déclenché une enquête nationale sur l’une de ces technologies, Clearview AI, utilisée par des centaines de corps policiers, dont certains canadiens.

D’après une note en petits caractères, masquée par le signe « + » au pied de sa page web, Bell cherche de son côté à revendre l’outil d’une immense société japonaise, NEC, qui a entre autres mis au point un système appelé NeoFace, dès 2002. Il sera employé aux Jeux olympiques de Tokyo l’été prochain, et permet d’analyser des milliers de visages par minute pour faire de la surveillance ou du marketing, selon le site web de NEC.

Sur son propre site, Bell suggère par exemple aux banques d’utiliser la reconnaissance faciale pour détecter aussi la présence de « déposants fortunés » et de « clients VIP » afin de leur offrir des avantages. La même chose est possible dans les hôtels et les boutiques.

À l’autre extrême, toujours selon son site, l’outil promu par Bell « détecte les comportements suspects », « surveille les individus », repère les gens inscrits sur une liste noire et envoie des « alertes instantanées » aux responsables de la sécurité. Les indésirables peuvent ainsi se voir bloquer l’accès à un commerce ou à un guichet automatique « pour éviter les vols et les pertes ».

Autres possibilités : « garde[r] en mémoire le nombre, le mouvement et le comportement des personnes sur plusieurs sites », automatiser l’accès aux stades (sans billets), mieux répartir le personnel selon l’achalandage et les files d’attente, etc.

  • Vente au détail
« La reconnaissance faciale permet à vos responsables des opérations et de la sécurité de mieux contrôler l'accès pour éviter le vol et la perte – tandis que le logiciel de détection de comportements repère automatiquement les activités inhabituelles en temps réel. Même avec un éclairage de bas niveau et avec des données vidéo de faible qualité, l'analyse vidéo de Bell est capable de compter et de suivre en continu les personnes et les objets. »

    CAPTURE D'ÉCRAN TIRÉE DU SITE WEB DE BELL

    Vente au détail
    « La reconnaissance faciale permet à vos responsables des opérations et de la sécurité de mieux contrôler l'accès pour éviter le vol et la perte – tandis que le logiciel de détection de comportements repère automatiquement les activités inhabituelles en temps réel. Même avec un éclairage de bas niveau et avec des données vidéo de faible qualité, l'analyse vidéo de Bell est capable de compter et de suivre en continu les personnes et les objets. »

  • Banques
« Repérer les images faciales dans des bases de données pour vérifier l'identité des clients en temps réel, ce qui aide à prévenir le vol aux guichets automatiques, la fraude d'identité et plus. Les responsables de la sécurité peuvent utiliser la détection des comportements pour suivre les activités anormales, et les responsables des opérations ou du marketing peuvent identifier les déposants fortunés et les invités VIP pour un accès spécial et une expérience personnalisée. »

    CAPTURE D'ÉCRAN TIRÉE DU SITE WEB DE BELL

    Banques
    « Repérer les images faciales dans des bases de données pour vérifier l'identité des clients en temps réel, ce qui aide à prévenir le vol aux guichets automatiques, la fraude d'identité et plus. Les responsables de la sécurité peuvent utiliser la détection des comportements pour suivre les activités anormales, et les responsables des opérations ou du marketing peuvent identifier les déposants fortunés et les invités VIP pour un accès spécial et une expérience personnalisée. »

  • Stades
« Avec des caméras connectées, vos équipes peuvent détecter les comportements suspects et surveiller les individus. La reconnaissance faciale vous permet d'automatiser le contrôle d'accès, d'évaluer les arrivées de foule, de surveiller les lignes et plus encore, avec des alertes en temps réel envoyées directement aux responsables de la sécurité et aux premiers intervenants en cas de problème. »

    CAPTURE D'ÉCRAN TIRÉE DU SITE WEB DE BELL

    Stades
    « Avec des caméras connectées, vos équipes peuvent détecter les comportements suspects et surveiller les individus. La reconnaissance faciale vous permet d'automatiser le contrôle d'accès, d'évaluer les arrivées de foule, de surveiller les lignes et plus encore, avec des alertes en temps réel envoyées directement aux responsables de la sécurité et aux premiers intervenants en cas de problème. »

  • Hôtellerie
« Avec l'analyse vidéo, vous pouvez vous inscrire et générer des listes blanches et des listes noires d'invités et identifier automatiquement les clients fidèles et premium. Les gestionnaires peuvent recevoir des notifications en temps réel pour assurer une expérience client améliorée, tandis que la sécurité est alertée de tout criminel suspect ou colis suspect. »

    CAPTURE D'ÉCRAN TIRÉE DU SITE WEB DE BELL

    Hôtellerie
    « Avec l'analyse vidéo, vous pouvez vous inscrire et générer des listes blanches et des listes noires d'invités et identifier automatiquement les clients fidèles et premium. Les gestionnaires peuvent recevoir des notifications en temps réel pour assurer une expérience client améliorée, tandis que la sécurité est alertée de tout criminel suspect ou colis suspect. »

  • Améliorer l’expérience client 
« En capturant les visages et en les comparant à une large banque de données archivées, l’analyse vidéo de Bell peut vérifier l’identité des clients instantanément. Identifiez les clients premium et obtenez des notifications automatisées qui seront envoyées au personnel pour offrir des accès exclusifs ou des privilèges dans le cadre d’une expérience client enrichie. »

    CAPTURE D'ÉCRAN TIRÉE DU SITE WEB DE BELL

    Améliorer l’expérience client 
    « En capturant les visages et en les comparant à une large banque de données archivées, l’analyse vidéo de Bell peut vérifier l’identité des clients instantanément. Identifiez les clients premium et obtenez des notifications automatisées qui seront envoyées au personnel pour offrir des accès exclusifs ou des privilèges dans le cadre d’une expérience client enrichie. »

  • Raccourcir le temps de réponse
« Engager le personnel de sécurité en temps réel avec des alertes instantanées déclenchées par la reconnaissance faciale et la détection des comportements. »

    CAPTURE D'ÉCRAN TIRÉE DU SITE WEB DE BELL

    Raccourcir le temps de réponse
    « Engager le personnel de sécurité en temps réel avec des alertes instantanées déclenchées par la reconnaissance faciale et la détection des comportements. »

1/6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sur son site, NEC vante le fait que la reconnaissance faciale puisse se faire « sans interagir avec l’individu en train d’être identifié ».

Ce sont deux Torontois férus de technologie, Sydney Eatz et Richard Trus, qui ont déniché la page web de Bell et l’ont transmise à La Presse. Ils se surnomment « la police de l’internet », parce qu’ils ont dénoncé plusieurs dérives à des médias torontois depuis deux ans. Sydney Eatz a aussi déposé un mémoire sur Google devant un comité de la Chambre des communes.

« Facebook a dû payer 550 millions de dollars US pour régler hors cours un recours collectif, après avoir utilisé la reconnaissance faciale aux dépens de la vie privée, a-t-elle dit à La Presse en entrevue. Ça démontre que faire de la reconnaissance faciale sans obtenir le consentement des gens a un coût. »

Pire que la police

Le projet de Bell inquiète les défenseurs et les experts de la vie privée joints par La Presse.

« Jusqu’à récemment, l’identification biométrique était limitée à la police dans le cadre d’enquêtes criminelles, mais maintenant, c’est en train d’être généralisé un peu partout », dit Dominique Peschard, porte-parole de la Ligue des droits et libertés.

En plus de jumeler les visages, le système promu par Bell suggère des décisions aux employés des entreprises qui en feraient usage. « Mais ces algorithmes sont secrets et on ne sait pas comment ils fonctionnent, souligne M. Peschard. La personne ne sait donc pas selon quel critère elle a été jugée, pourquoi telle décision a été prise. »

Les commissaires à la vie privée du Canada commencent enfin à se rendre compte des dangers de ces technologies et à lancer des consultations, dit-il.

En attendant, c’est le “free for all”, les entreprises profitent du vide. Ça prend un moratoire jusqu’à ce qu’on ait adapté nos lois pour se protéger contre les abus potentiels.

Dominique Peschard, porte-parole de la Ligue de protection des droits et libertés

Pour Dominic Martin, spécialiste de l’éthique de l’intelligence artificielle et de la gestion de l’éthique en entreprise, « il faut fixer les conditions d’utilisation et instaurer des moyens de contrôle, parce que la reconnaissance faciale a le potentiel de mener à des écarts éthiques importants ». Il faut résoudre plusieurs questions de toute urgence, précise le professeur de l’Université du Québec à Montréal. Jusqu’où va-t-on aller dans l’enregistrement des moindres faits et gestes d’un individu ? Avec quoi va-t-on recouper ces images ? Et à qui on va vendre le tout ?

Autre écueil : lors de tests, des outils de reconnaissance faciale ont fait plus d’erreurs lorsqu’ils analysaient les images de personnes à la peau foncée. Ce qui augmente le risque de les confondre avec un suspect fiché – comme un voleur à l’étalage –, avec la discrimination et les ennuis que cela suppose (1).

L’outil proposé par Bell s’est classé parmi les plus performants lors de tests organisés par l’industrie. Mais à Londres, où la police l’utilise depuis 2016 pour filmer les rues et repérer les gens inscrits sur une liste noire, seulement 19 % des 42 personnes signalées par l’algorithme correspondaient vraiment à leur « sosie » fiché, selon une étude de l’Université d’Essex, commandée par le gouvernement britannique et publiée en 2019.

Plus libres que la police

« Si on ne fixe pas de limites, les entreprises pourraient devenir des enquêteurs automatiques, se faire justice à elles-mêmes ou faire d’immenses parties de pêche. Elles auront les coudées plus franches que la police, prévient Pierre Trudel, professeur de droit de l’information et du cyberespace à l’Université de Montréal. Au Canada, la police ne peut filmer vos allées et venues sans avoir demandé une autorisation judiciaire ni filmer tout le monde au cas où elle trouverait quelque chose. »

Le potentiel d’intrusion est considérable. Le législateur doit courir pour faire du rattrapage, car il y a un défaut affligeant d’encadrement.

Pierre Trudel, professeur de droit de l’information et du cyberespace à l’Université de Montréal

La Commission d’accès à l’information du Québec (CAI) dit prendre le déploiement de la reconnaissance faciale « très au sérieux ». « On suit la situation de très près et ça fait des années qu’on suggère d’actualiser la loi pour que la biométrie soit plus balisée », a dit en entrevue la porte-parole de l’organisme, Isabelle Gosselin.

Quiconque achèterait la technologie proposée par Bell devrait obligatoirement s’inscrire au Registre des déclarations des banques de mesures biométriques de la CAI, précise-t-elle, car la Loi sur les technologies de l’information l’exige.

Les fournisseurs doivent pour leur part respecter les lois sur la protection des renseignements personnels – en obtenant par exemple le consentement des cibles et en agissant « par nécessité ». « Et on ose tenir pour acquis qu’ils le font », avance Mme Gosselin.

(1) Les personnes d’origine afro-américaine ou asiatique ont entre 10 et 100 fois plus de risques d’être reconnues erronément par les algorithmes de reconnaissance faciale que les Caucasiens, selon un rapport d’évaluation du National Institute of Standards and Technology, basé sur des tests réalisés sur 189 logiciels. Le taux d’erreur est encore plus élevé lorsqu’il s’agit d’Afro-Américaines.

De l’inconnu et des craintes

Comment se déploie de manière très concrète la reconnaissance faciale dans les entreprises canadiennes ? Le point en six questions.

Les entreprises doivent-elles obtenir notre consentement pour nous identifier avec des caméras ?

Oui, répond Isabelle Gosselin, porte-parole de la Commission québécoise d’accès à l’information.

Mais la possibilité de refuser son consentement est souvent « ténue ou pratiquement inexistante », nuance Dominic Martin, spécialiste de l’éthique de l’intelligence artificielle et de la gestion de l’éthique en entreprise.

« Quand il y a des caméras dans l’environnement, on ne peut pas les éteindre. Il faudrait carrément cesser de fréquenter certains lieux ou quitter son emploi pour ne pas faire l’objet d’une surveillance accrue », souligne le professeur qui enseigne à l’Université du Québec à Montréal.

Combien d'entreprises utilisent la reconnaissance faciale au pays ?

Dans les autres provinces, on l’ignore. Environ 16 % des magasins Canadian Tire qui y sont établis s’en servent déjà pour lutter contre le vol à l’étalage, selon un reportage publié en février 2019 par CTV News. Et une chaîne d’alimentation présente en Ontario et en Colombie-Britannique a déclaré en novembre qu’elle ferait payer ses clients avec leur visage pour accélérer leur passage à la caisse.

Au Québec, la loi oblige à déclarer toute banque de données biométriques à la Commission d’accès à l’information, et neuf entreprises ont indiqué faire de la reconnaissance faciale, révèle l’organisme. La plus connue, Master Card, dit employer cette technologie pour identifier la clientèle. Les autres entreprises l’utilisent pour gérer les accès aux bureaux, les présences ou le traitement de la paie.

Qu'arrive-t-il des données biométriques obtenues ?

Mystère, puisque ni Québec ni Ottawa n’ont encore adopté de loi sur le sujet, malgré les pressions croissantes, indique Pierre Trudel, professeur de droit à l’Université de Montréal.

« Proposera-t-on ces images à quelqu’un souhaitant nous traquer pour d’autres raisons ? Les raisons possibles sont infinies, et c’est ça qui devient un gros enjeu », dit le chercheur, qui s’intéresse entre autres à la loi sur les télécommunications et aux objets connectés.

« On ne veut pas qu’un système comme celui-là finisse par servir à des fins d’assurances. On ne veut pas entendre : “Non, on ne vous assurera pas, parce que d’après nos données, on vous voit aller dans les bars tous les soirs et rentrer tard…” »

Comment se défendre en cas d'abus ?

Pour l’instant, il faudrait invoquer le Code civil du Québec et la Charte québécoise des droits et libertés, qui interdisent de violer la vie privée sans motif sérieux, explique le professeur Trudel. Mais les tribunaux n’ont pas encore établi comment ils s’appliquent aux systèmes de reconnaissance faciale.

« S’ils servent à assurer la sécurité dans un évènement public, on pourrait peut-être argumenter que le motif est raisonnable. Mais si c’est pour savoir si vous êtes un bon client à l’hôtel, on est plutôt dans le marketing… »

Il est souvent possible de filmer pour éviter les vols, à condition que la surveillance soit annoncée. Mais les caméras n’étaient traditionnellement pas branchées à un système de reconnaissance faciale – capable d’entraîner l’exclusion d’un délinquant de toute une chaîne de magasins, sans pardon possible.

« La question qui se pose, c’est : est-ce un mécanisme disproportionné compte tenu de la finalité ? demande M. Trudel. Il va falloir que l’État intervienne. Le marché joue à l’encontre des droits fondamentaux. »

Que sait-on au sujet de l'outil japonais que Bell a vanté à ses clients ?

Il n’a pas fait la manchette, mais le système NeoFace, conçu par l’entreprise japonaise NEC, est partout. Le réseau Star Alliance, auquel appartient Air Canada, vient de signer un contrat pour le faire installer et la police de Calgary a indiqué qu’elle l’utilisait déjà, tout comme des navires de croisière de Disney ou des hôtels en Asie.

Aux États-Unis, des gouvernements, des universités et des entreprises l’emploient. Et il permettra d’assurer la sécurité aux Jeux olympiques de Tokyo.

Est-ce rassurant quant à son déploiement possible au pays ?

Pas forcément. « Bell doit bien saisir que si elle vend cette solution-là à des clients, ils vont pouvoir l’utiliser de toutes sortes de façons après », prévient le professeur d’éthique des affaires Dominic Martin.

Le géant des télécommunications s’associe à des tiers pour offrir des services spécialisés, parce que son « objectif premier est la connectivité réseau », selon un courriel que sa porte-parole Caroline Audet a envoyé à La Presse.

Le professeur Martin s’interroge néanmoins : « À la place de Bell, je me demanderais jusqu’à quel point ça cadre dans mon modèle d’affaires, sachant que de gros joueurs comme Google et Facebook ont officiellement mis la pédale de frein à cause des possibles débordements éthiques de cette technologie-là. »