Le jour, il enseigne la philosophie au cégep. Le soir, il débusque des gens qui diffusent des idées d’extrême droite sur le web. Portrait du blogueur montréalais Xavier Camus et de ses techniques qui dérangent.

Caroline Touzin Caroline Touzin
La Presse

Xavier Camus rêve de déjouer un attentat.

« Je ne le saurai sans doute jamais si j’y parviens, dit le professeur de philosophie au collégial. Chose certaine, j’essaie de contribuer à faire reculer ou du moins déstabiliser la haine. »

Depuis l’attentat contre la mosquée de Québec en 2017, le blogueur de 42 ans a décidé de mener « un bras de fer symbolique » contre les Québécois qui propagent sur l’internet des idées qu’il associe à la droite identitaire.

Sur son blogue xaviercamus.com – Camus est son véritable nom de famille –, l’enseignant publie des captures d’écran accompagnées de photos de ces gens actifs sur les réseaux sociaux.

Sa plus récente cible – un trentenaire de Granby nommé Valentin Auclair – a été arrêtée puis accusée d’avoir incité à la haine et d’avoir préconisé le génocide début janvier.

PHOTO ARCHIVES LA VOIX DE L’EST

Valentin Auclair

Le professeur de philosophie a été le premier à dénoncer sur son blogue les publications d’Auclair qui visent les musulmans, les juifs, les Noirs et les homosexuels. L’homme de Granby diffusait ses propos haineux sur VK, l’émule russe de Facebook.

« Je ne me réjouis pas de son arrestation. Il y en a des milliers comme lui », lâche l’enseignant qui se voit comme « un contributeur au débat social ».

« J’ai des idéaux progressistes. Je suis indépendantiste. Je souhaite un monde meilleur, plus équitable, plus harmonieux, décrit-il. On ne peut pas me ranger dans une seule case. »

Après l’annonce de l’arrestation d’Auclair, Camus a été applaudi. Mais parfois, le choix de ses sujets de billets dérange.

Je suis contre le nationalisme ethnique ; de dire qu’on on va défendre la race blanche, les de souche et tasser les envahisseurs. Ça dérange des gens extrémistes, mais aussi des gens mainstream qui partagent cette même vision du nationalisme selon laquelle on doit défendre les intérêts des de souche supposément en train de disparaître.

Xavier Camus

« Pour une fois, il a fait œuvre utile en débusquant un vrai dangereux », lance l’ancienne chroniqueuse du Journal de Montréal Lise Ravary aujourd’hui au 98,5 qui a déjà été prise pour cible par Camus. « J’ai failli lui écrire pour le féliciter », ajoute celle qui ne se gêne pas pour le qualifier d’« éboueur ».

« Dans le sens qu’il semble vouloir fouiller pour trouver des choses nauséabondes, explique la chroniqueuse qui se définit comme une conservatrice avec un petit c. Mais il a parfois de drôles de cibles. »

C’est que Camus a critiqué à de nombreuses reprises les propos « aux relents islamophobes » de chroniqueurs publiés dans des médias québécois, dont plusieurs travaillant pour Québecor.

Il s’est notamment réjoui d’une décision du Conseil de presse qui blâmait Mme Ravary à la suite d’une de ses chroniques publiées dans le Journal de Montréal. Mme Ravary avait dénoncé la présence de « deux jeunes hommes, drapeau noir de l’État islamique sur leurs épaules » dans une manifestation contre le racisme qui s’est tenue à Montréal en 2018. Or, personne ne portait de drapeau du groupe État islamique lors de l’événement. La chroniqueuse a d’ailleurs reconnu publiquement son erreur.

Après l’arrestation d’Auclair, le blogueur du Journal de Québec Steve E. Fortin a écrit sur Twitter que « crédibiliser le travail de ce type » en parlant de Camus « équivaut à cautionner celui d’un blogueur de la meute ou atalante » – deux groupes québécois associés à la droite identitaire.

Appelé à préciser sa pensée concernant sa comparaison entre les méthodes de Camus et celles de ceux qu’il dénonce, M. Fortin a décliné notre demande d’entrevue. « Je ne souhaite pas m’engager dans aucune discussion ayant un lien avec Xavier Camus », a-t-il indiqué à La Presse.

Pris pour cible

Camus a été très actif lors des dernières campagnes électorales provinciale et fédérale, au point où il a eu la tête de candidats après avoir mis en lumière leurs propos controversés sur l’islam, dont deux du Parti québécois (Muguette Paillé et Pierre Marcotte).

Lors de la plus récente campagne provinciale, les écrits du blogueur ont dérangé au point où il a lui-même été pris pour cible. Attaquée par Camus, Michelle Blanc, candidate péquiste dans Mercier, a répliqué sur Twitter en laissant entendre que le blogueur – « un fromage qui pue de ses amalgames douteux » – pourrait être pédophile. Après avoir reçu une mise en demeure, elle a reconnu avoir publié une « insinuation fausse sans aucun fondement ».

« Moi, je ne m’acharne sur personne, je ne déteste personne. J’irais prendre un café avec n’importe qui que je mentionne sur mon blogue s’il ne vient pas avec un [bâton] de baseball », affirme le blogueur.

D’Aristote à Auclair

Camus a fait sa maîtrise en philosophie à l’UQAM sur la question du bonheur chez Aristote. « Xavier était un étudiant très sérieux, très discipliné, avec des dons évidents pour la philosophie et pour la recherche », se souvient le professeur émérite au département de philosophie de l’UQAM Georges Leroux qui ne suit toutefois pas les activités de son ancien étudiant sur les réseaux sociaux.

Le professeur Leroux, père du cours d’éthique et de culture religieuse, est un modèle pour le blogueur. « Leroux est un apôtre de la tolérance au Québec et un grand humaniste », décrit Camus. Il se souvient de son second cours donné par son mentor – un certain 11 septembre 2001 – lors duquel Leroux a discuté durant trois heures avec ses étudiants de « comment les terroristes ont pu en venir à poser cet acte-là » plutôt que de « taper sur la tête des musulmans ».

Le blogueur a aussi été marqué par le mouvement des « carrés rouges » en 2012. Il déplorait, à l’époque, que les médias ne fassent pas suffisamment entendre le point de vue des étudiants. À partir de 2015, il se met à écrire sur le sujet.

Puis, l’attentat commis par Alexandre Bissonnette, qui a fait six morts et de nombreux blessés à la mosquée de Québec, le « frappe de plein fouet ». « Wow il y a une dérive xénophobe, islamophobe – des choses qui existent, mais qui sont niées par des grands médias et par une certaine classe politique – ce qui revient à nier la condition de certaines personnes minorisées au Québec », se dit-il alors.

Depuis, Camus surveille les réseaux sociaux à la recherche de Québécois qui y déversent leur haine comme Pierre Dion, cet internaute qui avait publié des vidéos après l’attentat où il faisait l’éloge du tueur et invitait les Canadiens à « sortir les musulmans du pays ». C’est d’ailleurs en surveillant Dion sur le réseau social russe qu’il est tombé sur les écrits d’Auclair.

Ses billets de blogue lui ont valu beaucoup de menaces. On lui a fait valoir qu’on connaissait son adresse personnelle, preuves à l’appui. Un matin, en 2018, alors qu’il critiquait sans relâche les propos de membres des groupes identitaires la Meute et Atalante, des autocollants ont été posés sur les portes de la station de métro la plus près de chez lui l’associant au terrorisme et aux « antifa » (pour antifascistes). Des banderoles géantes le qualifiant de « traître » ont aussi été déroulées par des individus cagoulés au centre-ville de Montréal.

Pour des raisons de sécurité, Camus refuse toute entrevue filmée. Il nous demande d’éviter de nommer les trois cégeps où il enseigne cette année. C’est qu’un document circule dans lequel on explique comment le faire congédier. L’une des étapes consiste à mentionner qu’il se sert de son autorité pour abuser de ses élèves mineures.

Ces menaces et techniques d’intimidation ne le feront pas taire puisqu’il n’a rien à se reprocher, assure-t-il.

« Je ne suis pas seul même si je signe les articles », tient-il à souligner. Quelques centaines de contributeurs lui signalent des publications problématiques : « Mes détracteurs essaient de les caricaturer comme des jeunes cagoulards de 20 ans. Non, ce sont des mères de famille, des grands-mamans qui ne veulent pas d’un Québec qui vire à la haine. »

Le doxxing, une méthode controversée

Spécialisée dans les enquêtes sur les crimes haineux, la Sûreté du Québec (SQ) ne veut pas commenter la stratégie du blogueur. Toutefois, le corps policier « recommande aux gens de signaler directement aux services policiers les crimes haineux, les menaces et toute autre activité criminelle sur le web plutôt que de contribuer à leur diffusion sur le web en les republiant », selon son porte-parole Hugo Fournier.

La SQ met en garde les citoyens contre le phénomène de « doxxing » qui consiste à diffuser des éléments personnels concernant un individu ou une entreprise, sans le consentement de la personne ou de l’entreprise en question. Le but est souvent de dénoncer la cible, voire de lui nuire.

Codirecteur de l’Observatoire sur la radicalisation et l’extrémisme violent, le professeur de l’Université de Sherbrooke David Morin donne raison à Xavier Camus sur le fait qu’on assiste actuellement à « une libération de la parole d’une extrême droite décomplexée qui fait de la propagande sur les réseaux sociaux ».

Pour cet expert en radicalisation, les techniques de Camus s’apparentent à du « doxxing ». « Cette stratégie m’apparaît potentiellement efficace pour dénoncer des propos haineux qui appellent publiquement à la violence, affirme M. Morin. Là où j’ai une réserve, c’est lorsqu’on parle de propos racistes ou intolérants – qui ne sont pas acceptables bien sûr – mais qui ne sont pas nécessairement criminels. » Ce professeur d’université craint que les dénonciations publiques entretiennent le récit victimaire de certains radicaux comme Pierre Dion qui se présentent comme des martyrs de la liberté d’expression.

Le professeur de philosophie à l’Université de Montréal Christian Nadeau y va aussi d’un appel à la prudence « même s’il faut continuer à dénoncer l’incitation à haine raciale ». « Il faut remercier Xavier Camus pour son travail, car sans sa vigilance, de nombreux groupes ou individus de l’extrême droite continueraient d’œuvrer dans l’ombre, souligne le professeur Nadeau. Paradoxalement, on peut craindre que cette mise en lumière de l’extrême droite ne contribue de manière collatérale à la diffusion de tels discours. »